Brexit : Angela Merkel salue le nouveau délai

Le Brexit est désormais reporté au 31 octobre 2019. La chancelière allemande Angela Merkel se montre satisfaite du report du retrait de la Grande-Bretagne de l'UE, mais le monde des affaires continue de s'inquiéter.

Merkel begrüßt neue Brexit-Frist
dpa

Bruxelles (dpa) – La chancelière Angela Merkel a salué le nouveau délai accordé par l'Union européenne à la Grande-Bretagne pour mettre en œuvre le Brexit. Les 27 États membres restants de l'UE sont parvenus à trouver un accord avec la Première ministre britannique Theresa May dans la nuit du 10 au 11 avril. Le chaos tant redouté, prévu pour vendredi, a donc été une fois encore évité. Angela Merkel a évoqué « une très bonne soirée, très intense », qui a illustré l’unité de l’UE. « C'est là une bonne décision que nous avons prise aujourd'hui », a ajouté la chancelière, estimant que ce délai permettrait à la Grande-Bretagne d'avoir plus d'options à sa disposition.

L’accord sur le Brexit doit donc être mis en œuvre d'ici au 31 octobre 2019. La durée du délai a fait l'objet de débats houleux au cours du sommet. Le président français, Emmanuel Macron, s'est opposé au souhait d'Angela Merkel et d'autres pays d'accorder encore plus de temps à la Grande-Bretagne. Les différents partis se sont finalement accordés sur cette date.

Angela Merkel a souligné qu'il fallait désormais veiller à ne pas perdre de temps et réaffirmé que l'Allemagne prenait d'abord en compte ses propres intérêts et non les revendications de la Grande-Bretagne. La chancelière a également dit qu'il était nécessaire de conserver l'accord de retrait conclu avec la Grande-Bretagne. « Nous n’en sommes alors pas à un jour près », a-t-elle ajouté.

L'économie allemande ne voit, elle, pas matière à baisser la garde après ce nouveau report du Brexit. Elle espère que la chambre basse britannique apportera une clarté juridique dès que possible. Le président de la Fédération des employeurs allemands (BDA), Ingo Kramer, a salué le délai accordé à la Grande-Bretagne, qui a permis d'éviter un retrait sans accord de la Grande-Bretagne cette semaine, dont les conséquences auraient été selon lui dramatiques pour l'économie et les citoyens. Il estime cependant que la décision du sommet européen spécial Brexit ne permet pas encore de clarifier la situation pour les personnes et les entreprises concernées.
 

« Il est donc indispensable que la chambre basse britannique mette fin au chaos du Brexit. Il faut ratifier un accord de retrait le plus vite possible, afin de garantir une sécurité de planification et d’exclure une bonne fois pour toutes la possibilité d'un Brexit sans accord », a indiqué Ingo Kramer le 11 avril 2019 à Berlin.

Sources : dpa ; traduction : deutschland.de