Garder la main-d'œuvre qualifiée

Le gouvernement allemand prépare une loi sur l'immigration de main-d'œuvre qualifiée. Le point sur ce qui va changer et pour qui.

Entwurf für Zuwanderung von Fachkräften
dpa

Berlin (dpa) – Les partis de la coalition gouvernementale allemande sont tombés d'accord sur un projet de loi sur l'immigration de main d'œuvre qualifiée. Le conseil des ministres se prononcera sur le texte le 19 décembre 2018.

Le gouvernement veut assouplir la réglementation actuelle pour les étrangers issus de pays situés hors de l'Union européenne et qui veulent travailler en Allemagne. De nouvelles mesures sont également prévues pour les demandeurs d'asile dont la demande a été refusée mais qui travaillent déjà en Allemagne. 
 

  • À l'avenir, chaque ressortissant étranger issu d'un pays situé hors de l'Union européenne aura le droit de travailler en Allemagne s'il peut prouver qu'il a un contrat de travail et une qualification reconnue.
  • Les ressortissants étrangers issus d'un pays situé hors de l'Union européenne qui ont effectué une formation professionnelle auront le droit de séjourner en Allemagne jusqu'à six mois pour y trouver un emploi. Ils devront prouver qu'ils sont en mesure de subvenir à leurs besoins durant cette période.
  • Les diplômés d'une école allemande à l'étranger et les étrangers maîtrisant l'allemand, qui ont un diplôme équivalent aux diplômes de fin d'études secondaires allemands, auront le droit de séjourner en Allemagne durant quelques mois pour trouver une place d'apprentissage. Cette mesure concernera uniquement les candidats âgés de moins de 24 ans.
  • La réglementation actuelle sur l'autorisation provisoire de séjour délivrée aux ressortissants étrangers qui suivent une formation professionnelle sera assouplie (« Ausbildungsduldung »). Elle autorisera les demandeurs d'asile dont la demande a été rejetée et qui sont en possession d'une autorisation provisoire de séjour (« Duldung ») de ne pas être expulsés durant leur formation professionnelle et de pouvoir travailler durant deux ans en Allemagne après obtention de leur diplôme.
  • Une autorisation provisoire de séjour d'une durée de deux ans sera délivrée aux demandeurs d'asile dont la demande a été rejetée mais qui ont déjà un emploi en Allemagne (« Beschäftigungsduldung »). Ils devront prouver qu'ils sont en mesure de subvenir à leurs besoins, qu'ils travaillent au moins 35 heures par semaine depuis un an et demi et qu'ils sont soumis aux cotisations sociales.
     

Source : dpa ; traduction : deutschland.de