Une taxation plus juste des GAFA.

Les plus grands pays industriels et émergents qui composent le G20 veulent moderniser le système fiscal global.

Gerechtere Besteuerung von Google und Co.
dpa

Fukuoka (dpa) – Les grandes puissances économiques veulent adapter le système fiscal international à l’ère du numérique et mettre plus fortement à contribution les géants de l’Internet comme Google ou Facebook. Les pays du G20 sont convenus le 9 juin d’une déclaration commune sur une plus forte imposition des grands groupes. « Nous allons redoubler d’efforts pour parvenir à une solution consensuelle avec un rapport final en 2020 », entendait-on lors de la rencontre des ministres des Finances du G20 à Fukuoka, au Japon.

Un impôt plancher global doit être défini d’ici à la fin de l’année prochaine. La répartition des droits d’imposition entre les pays doit en outre être révisée. Ces droits s’orienteront désormais moins sur le siège de l’entreprise que là où vivent leurs clients ou les utilisateurs de leurs services.
Lors d’une rencontre parallèle à Tsubuka au Japon, les ministres du Commerce du G20 sont également convenus d’envisager une réforme de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur fond de conflits commerciaux croissants.

Pierre Moscovici, le commissaire européen chargé de l‘économie a déclaré qu’il constate une forte propension à coopérer sur les questions fiscales. « Il y a encore quelque temps, rares étaient ceux qui pouvaient l’imaginer. » Le ministre allemand des Finances Olaf Scholz (SPD) a souligné que les grands groupes internationaux qui ont trouvé les moyens d’échapper à l’impôt auront désormais plus de difficulté à le faire. « C’est également bénéfique à la démocratie. »

Source : dpa, traduction : deutschland.de