TdT_ifa_100117

Images

L’ifa a 100 ans

L’Institut für Auslandsbeziehungen (ifa) célèbre son centième anniversaire en 2017. Une interview de son secrétaire général, Ronald Grätz.

L‘ifa célèbre son centenaire en 2017. Combien de fois l’Institut für Auslandsbeziehungen s’est-il réinventé depuis sa création ?

Pour un institut tourné vers l’avenir, il est indispensable de se réinventer sans cesse et de réagir et de réfléchir aux réalités et à la situation politique mondiale qui déterminent notre travail. On peut, à partir des événements historiques, distinguer les césures et les réinventions qui s’ensuivent, que ce soit la prise du pouvoir par les nazis en 1933, la fin de la Seconde Guerre mondiale et la refondation factuelle sous l’appellation Institut für Auslandsbeziehungen en 1949, et la réorientation de l’ifa après la disparition du « rideau de fer ». Mais, comme je le disais, l’ifa se conçoit comme un institut qui apprend sans cesse et se développe en permanence.

A quel stade se situe-t-il aujourd’hui ?

L’ifa assume des fonctions d’intermédiaire dans les arts, c’est un pôle de compétence en matière de culture et de politique étrangère qui crée le dialogue avec et pour la société civile. Nous regardons vers l’avenir en cette année anniversaire qu’est 2017 : avec « Kulturen des Wir » (Les cultures du nous), nous voulons surtout mettre l’accent sur les questions portant sur la diversité, la communauté et la paix. « Kulturen des Wir » se fonde sur la conviction que les communautés ne sont pas statiques mais évoluent en permanence. C’est pourquoi nous avons besoin d’échanger, de dialoguer et de débattre afin de donner de la visibilité à la diversité et créer de nouvelles « configurations du nous ». La compréhension de ces nouvelles configurations est nécessaire à la maîtrise des challenges pressants de demain.

Les échanges culturels sont l’une des grandes missions de l’ifa. Malgré tous les efforts, il semblerait qu’il y ait aujourd’hui toujours moins d’ouverture aux positions étrangères. Dans nombre de pays, les points de vue nationalistes rencontrent une forte approbation. Comment le travail de l’ifa peut-il y répondre ?

Le soutien mondial des acteurs de la société civile dans leur engagement pour prévenir et traiter les conflits ainsi que pour promouvoir la paix et la démocratie est une autre mission du travail de l’institut. La création de forums pour les acteurs officiels et de la société civile travaillant dans des domaines différents et la qualification de ces acteurs sont tout aussi importantes que ‘‘autonomisation des organisations dans les pays en transition et les régions en conflit ainsi que le fait de les soutenir dans leurs activités pour consolider la paix. Le domaine thématique culture et crise ou culture et conflit est l’un des grands aspects du travail de diffusion culturelle. Cette approche globale contredit les tendances et réflexions nationalistes et populistes de droite. Le dialogue joue un rôle essentiel. Nous le considérons comme une position et comme une communauté d’apprentissage. De par son caractère, il s’oriente sur les processus et est plus difficile à réaliser sans préjuger de son issue que, pour le dire en forçant le trait, que la « simple » réalisation de projets sur place.

Quand peut-on dire qu’un dialogue interculturel réussit ?

Le dialogue interculturel fonctionne quand on gère des processus communs (coopérations), quand on élabore des questions ensemble (coproductions) et que l’on ne fait pas seulement des projets mais que l’on fait quelque chose à partir des projets. En outre, il est important que l’organisation tire un enseignement du dialogue interculturel, ce qui induit un changement. Cela est bien souligné par nos expositions et nos programmes artistiques où nous élaborons des thèmes avec des commissaires extérieurs, les réalisons avec des partenaires locaux et obtenons ainsi une perspective multilatérale sur un thème, comme par exemple avec l’exposition actuelle dans l’ifa-Galerie à Berlin, « In the Carpet ».

Comment célébrez-vous ce centenaire en 2017, quels événements attendez-vous avec impatience ?

Personnellement, je me réjouis particulièrement de la cérémonie qui donnera à cet anniversaire l’importance politique qui lui revient. Et il y a toute une série de manifestations qui seront certainement passionnantes et nous inspireront, par exemple le congrès Kupoge sur la politique intérieure et extérieure qui aborde un sujet important de la politique culturelle, la conférence « Kulturen des Wir » qui formule un message important pour l’avenir avec « Ein WIR ohne IHR denken » (Penser un NOUS sans VOUS), ou encore la fête d’été à l’ifa pour célébrer le centenaire avec nombre de partenaires et d’amis de l’ifa. En janvier, nous lançons en outre notre magazine en ligne où l’on pourra discuter des questions actuelles de la communauté. De quelles conceptions de la communauté avons-nous besoin pour répondre aux challenges actuels ? Que signifie la communauté aujourd’hui ? Comment les communautés se distinguent-elles les unes des autres ? Des artistes, des chercheurs et des auteurs allemands et internationaux y prennent la parole, par exemple l’essayiste indien Pankaj Mishra ou le philosophe français Jean-Luc Nancy. On y verra la série vidéo « In einem Boot » avec, dans le premier épisode, le philosophe politique Otfried Höffe qui décrit son idée de la république mondiale comme forme idéale du vivre ensemble global.

Cet été, Martin Roth, jusque-là directeur du Victoria and Albert Museum à Londres, deviendra président de l’ifa. Qu’attend le comité directeur de M. Roth, l’un des managers culturels les plus performants en Europe ? 

Martin Roth est une personnalité qui a d’excellents réseaux à l’international. Il réfléchit et agit de manière extrêmement interdisciplinaire, ce qui sera un bel enrichissement pour développer et accentuer le profil de l’ifa. Avec ses idées innovantes, il positionnera encore mieux l’ifa dans les milieux culturels mondiaux comme donneur d’impulsion pour le travail culturel international. 

www.ifa.de

© www.deutschland.de

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour poster des commentaires