«Une communauté d‘influenceurs»

Avec leur start-up « Facts for Friends », les deux fondatrices veulent donner aux gens des outils pour lutter contre la désinformation.

Klimkeit et Scholz, fondatrices de « Facts for Friends »
Klimkeit et Scholz, fondatrices de « Facts for Friends » Jerome Gerull

Katharina Klimkeit et Valerie Scholz veulent lutter contre la désinformation dans le monde numérique grâce à leurs « FactsSnacks ». Les offres de leur plate-forme « Facts for Friends » doivent permettre que des vérifications de faits, souvent approfondies, provenant de vérificateurs établis, atteignent un large public, surtout sur les médias sociaux. La cofondatrice Valerie Scholz parle de la création et de l’idée de la start-up.

Valerie Scholz
Valerie Scholz Jerome Gerull

Madame Scholz, comment est née l’idée de « Facts for Friends » ?
Nous l‘avons développée au début de la pandémie de Covid-19 lors du #WirVsVirus-Hackathlon du gouvernement fédéral. Les résultats obtenus par un groupe sur le thème de la désinformation en ont été la première version. Ma cofondatrice Katharina et moi avons alors pensé que nous devions continuer dans cette voie. C’est ainsi qu’un petit projet de week-end est devenu une start-up sociale. Depuis, nous avons sans cesse développé la plate-forme et nous sommes orientées vers de nouveaux formats, tels que par exemple Instagram ou TikTok. 

Avec votre offre, vous voulez révolutionner le concept de vérification de faits. Qu’est-ce que votre idée a d’inhabituel ?
La vérification de faits existe déjà depuis longtemps ; toute bonne rédaction journalistique s’y emploie. Le problème est que beaucoup de personnes sur les médias sociaux ne sont pas atteintes. Nous nous considérons comme une passerelle entre les grandes organisations de vérification de faits et les utilisateurs. Nous traduisons des textes, souvent longs de deux ou trois pages, en de nouveaux formats et en courts résumés, « FactsSnacks ». En outre, la source originale est toujours accessible en un clic.

Quel est le succès de vos offres entre-temps ?
Le succès se mesure, d’une part, par le nombre de clics et de followers. Sur TikTock, par exemple, nos vidéos atteignent régulièrement 100 000 et parfois jusqu’à 400 000 vues. C’est bien pour ce type de contenus informatifs mais plutôt secs. Le fait que nous ayons entre-temps une communauté de « factinfluencers » qui luttent contre les fausses informations est pour nous un grand succès. 

Nous essayons surtout d’atteindre les personnes déstabilisées.

Valerie Scholz, journaliste et experte en vérification de faits

A qui s’adresse « Facts for Friends » ?
Nous essayons surtout d’atteindre les personnes déstabilisées. Nous voulons leur donner des informations de base. Par contre, les groupes radicaux ne sont définitivement pas un groupe cible pour notre offre – c’est peine perdue. De telles personnes ne peuvent pas être ramenées à la réalité par des faits.  

Quelle est l’importance fondamentale de la vérification de faits dans la lutte contre la désinformation ?
C’est un instrument mais certainement pas la seule solution. Je pense qu’il est plus important de renforcer la compétence médiatique dans son ensemble. Un grand problème réside aussi dans l’érosion générale de la confiance dans les médias ou les institutions.  

Pour plus amples informations sur l’offre de « Facts for Friends » cliquez ici.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: