GrueneWoche_1701

Pour le bien de la population mondiale

Lors du Global Forum for Food and Agriculture à Berlin, hommes politiques, industriels et scientifiques discutent de questions importantes pour l’avenir : le développement rural et la garantie de l’alimentation.

Le défi est immense : plus de neuf milliards d’êtres humains vivront sur la planète en 2050 et devront manger à leur faim. Or, il est déjà difficile d’assurer l’alimentation d’une population mondiale comptant actuellement sept milliards de personnes. Que faire ?

Le Global Forum for Food and Agriculture (GFFA), qui se déroule pour la cinquième fois du 17 au 19 janvier 2013 à Berlin, se penche sur ces questions essentielles et les sujets qui s’y rattachent. Cette manifestation internationale dans le cadre de la Semaine verte internationale réunit des hommes politiques, des industriels et des scientifiques sur une plateforme de discussion ; ils rechercheront ensemble de nouvelles approches pour développer la production agro-alimentaire mondiale. Avec 1.400 participants venant du monde entier, le Podium international du GFFA, organisé par le ministère fédéral de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Protection des consommateurs (BMELV), est au cœur du programme. L’Union africaine, la Food and Agricultural Organisation (FAO) des Nations unies et l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) organisent pour la première fois des séances de travail publiques. Leurs résultats seront également pris en compte au sommet des ministres de l’Agriculture qui se déroulera le 19 janvier 2013 au ministère fédéral des Affaires étrangères à Berlin ainsi que lors du Podium économique international.

Le GFFA 2013 portera surtout sur les investissements responsables dans l’économie agro-alimentaire. Les experts estiment qu’au moins 83 milliards de dollars seront nécessaires d’ici au milieu du siècle pour garantir l’approvisionnement de la population mondiale en nourriture. Nombre de pays ne peuvent fournir les fonds nécessaires et dépendent des investissements étrangers. Ceux-ci ont bien lieu aujourd’hui mais leur impact est souvent contesté. L’acquisition de terres chasse souvent les petits paysans et la culture de plantes fournissant de l’énergie fait une concurrence toujours plus grande à la production d’aliments de base. Il faut donc instaurer des stratégies de financement raisonnées dont la population comme les investisseurs profiteront à long terme.

Global Forum for Food and Agriculture du 17 au 19 janvier 2013 à Berlin

www.gffa-berlin.de

© www.deutschland.de

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour poster des commentaires