Löning_1012

Images

« Il ne saurait y avoir de zones ignorant les droits de l’homme »

Trois questions à Markus Löning, Chargé de la politique des droits de l’homme au gouvernement fédéral, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme le 10 décembre.

M. Löning, la protection des droits de l’homme est l’un des grands axes de la politique étrangère allemande. Quels sont les grands principes de cette politique ?

Dans les relations internationales, l’Allemagne œuvre à l’établissement de bases solides pour prévenir l’oppression, l’arbitraire et l’exploitation. La politique des droits de l’homme est une mission globale de la politique allemande : il ne saurait y avoir de zones ignorant les droits de l’homme dans la politique étrangère, la politique de sécurité ou tout autre domaine politique. Les droits de l’homme sont indivisibles. Chaque être humain possède ces droits, sans distinction d’origine, d’âge, de sexe, de religion, de couleur de peau ou d’autres critères.  

Pouvez-vous nous citer des exemples où la politique allemande des droits de l’homme a obtenu des résultats tangibles ?

En juillet 2010, l’Assemblée générale des Nations unies a officiellement reconnu le droit de l’homme à l’eau potable et à l’équipement sanitaire. Cela est dû à une initiative commune de l’Allemagne et de l’Espagne. L’Allemagne a ainsi apporté une contribution importante à la réduction d’une véritable souffrance : 900 millions de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable ; 2,5 milliards de personnes n’ont pas de toilettes, Chaque année, les enfants manquent plus de 400 millions de journées d’école parce qu’ils souffrent de diarrhées. Des millions d’enfants et d’adolescents ne peuvent ainsi profiter d’une éducation qui les ferait sortir de la pauvreté.

Les Nations unies ont à nouveau élu l’Allemagne au Conseil des droits de l’homme pour la période allant de 2013 à 2015. Quels objectifs s’est fixés l’Allemagne pour cette collaboration ?

Le gouvernement fédéral accordera la même attention aux droits de l’homme économiques et sociaux qu’aux droits politiques et du citoyen. Car on ne peut vivre vraiment libre et assumer des responsabilités que lorsqu’on ne craint pas la faim, la soif ou la maladie. Et le gouvernement poursuivra son engagement en faveur des droits des enfants dans les conflits armés. C’est déjà l’un des grands axes de travail de l’Allemagne au sein du Conseil de sécurité de l’ONU.

Journée internationale des droits de l’homme le 10 décembre 2012

www.auswärtiges-amt.de

www.ohchr.org

© www.deutschland.de

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour poster des commentaires