Les entretiens gouvernementaux avec la Chine

6e Consultations sino-allemandes : malgré de nombreux différends, l’Allemagne recherche des point communs avec la Chine en dialoguant. 

News
dpa

Berlin/Pékin (dpa) – Malgré des différends avec la Chine, l’Allemagne recherche des points communs en dialoguant avec Pékin. Lors des consultations gouvernementales sino-allemandes, la chancelière Angela Merkel s’est efforcée avec le premier ministre chinois, Li Keqiang, de faire progresser les difficiles relations le mercredi 28 avril. C’est la sixième édition des entretiens qui se déroulent tous les deux ans à ce niveau depuis 2011 dans le cadre desquels des membres des deux gouvernements participent également aux consultations. Cette année, c’est en visioconférence en raison de la pandémie.
« Il s’agit d’investir dans les relations et de maintenir l’agenda de la coopération, même dans une période chargée de conflits », constatait Mikko Huotari, le chef de l’Institut de la Chine Merics à Berlin. Mais la Chine se positionne « plutôt comme un concurrent et un rival ». En raison des relations étroites de l’économie allemande avec la Chine, la politique chinoise de l’Allemagne ne recherche pas l’éloignement mais, au contraire, essaye de « rendre encore plus de Chine possible ».
Les différends entre l’Allemagne et la Chine portent sur le traitement de la minorité musulmane des Ouïgours dans la région de Xinjiang, au nord-ouest du pays, la politique stricte de la China à Hongkong et ses menaces envers Taiwan et dans la mer de la Chine méridionale, très disputée. Les relations souffrent en outre des problèmes que rencontre l’économie allemande avec les fortes restrictions à l’entrée sur le territoire chinois en raison de la pandémie. Les entreprises se plaignent du faible nombre de visas accordés, des modifications des règles à court terme et des hôtels parfois inacceptables pour les deux semaines de quarantaine obligatoire lors de l’arrivée en Chine.
Malgré ces divergences, le gouvernement fédéral veut obtenir des progrès concrets sur des sujets importants pour les deux pays comme l’environnement, le climat et les relations économiques. Steffen Seibert, le porte-parole du gouvernement allemand, décrivait les relations comme « dynamiques, intenses et diversifiées ». Sans aborder les différends, Wang Wenbin, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, parlait du « bel élan de la coopération bilatérale » qui doit progresser.

Source : dpa, traduction : deutschland.de