Deux Oscars pour l’Allemagne

Des étudiants de Hambourg et de Ludwigsburg obtiennent les trophées du cinéma. Ils abordent des sujets sensibles. Ces films donnent des frissons.

Lauréat de l’Oscar 2017 du meilleur film d’étudiant : Johannes Preuss pendant le tournage en Afrique de l’Ouest.
Johannes Preuss pendant le tournage en Afrique de l’Ouest. privat

Allemagne. Chaque cinéaste rêve de tenir un oscar dans sa main une fois dans sa vie. Pour Katja Benrath et Johannes Preuss le rêve est devenu réalité : le 12 octobre 2017, ils recevront l’Oscar du meilleur film d’étudiant pour leurs réalisation. Johannes Preuss de la Filmakademie Baden-Württemberg a convaincu le jury avec son « Galamsey – Für eine Handvoll Gold » dans la catégorie documentaires ; Katja Benrath de la Hamburg Media School obtient le trophée pour « Watu Wote – All Of Us » dans la catégorie long métrage.

Affronter le terrorisme

Le film de Katja Benrath est basé sur un fait réel. Une histoire touchante, bouleversante et qui est aussi un signe d’espoir – pour l’humanité, contre la violence, la haine et la méfiance. Dans la zone frontalière kényane-somalienne la milice islamiste Al-Shabaab arrête un bus et ordonne aux passagers de se répartir en groupes. Son objectif : tuer les chrétiens. Toutefois, l’attentat échoue car les musulmans se placent devant les chrétiens pour les protéger et ne dévoilent pas qui appartient à quelle religion. « Ce thème s’est révélé à moi comme une mission » déclare Katja Benrath. « Il exprime ce que beaucoup souhaitent : que nous soyons solidaires et nous considérions en tant qu’humains. »   

Katja Benrath
Katja Benrath dpa

La cinéaste qui, avant sa formation cinématographique à la Hamburg Media School, avait fait un apprentissage de couturière au théâtre et avait étudié les arts dramatiques et le chant à Vienne, a qualifié le tournage de « Watu Wote » de l’une des expériences les plus réjouissantes. « Nous avons travaillé avec des gens de différentes cultures, religions et tribus dans un but commun ». Le message d’Hollywood l’a confortée dans son travail : « l’Oscar donne à toute l’équipe du tournage le sentiment d’être vue avec son histoire ».

Un odieux commerce de l’or

Johannes Preuss situe lui aussi le site de son reportage en Afrique. « Galamsey – Für eine Handvoll Gold » parle des chercheurs d’or illégaux en Afrique de l’Ouest et montre comment les hommes et l’environnement pâtissent de cette exploitation.  « En utilisant le mercure de manière irréfléchie, les chercheurs d’or polluent les rivières et en détruisent le cours naturel par l’extraction » déclare Preuss. La structure sociale est également perturbée du fait de la corruption et de la criminalité. « Toutefois, l’or agit sur les hommes comme un aimant. »

L’idée du film remonte à 2010 : « A l’époque, j’étais coopérant au Ghana et participait au développement d’une station de radio » explique Preuss. « J’y ai assisté au plus près au boom de l’industrie de l’or grâce à de nouvelles techniques d’extraction. » Prospecter l’Afrique pour son propre projet cinématographique et faire une bonne action en même temps : en tournant des films didactiques pour les cultivateurs de riz et de mangues africains à la demande de l’Agence allemande de coopération internationale pour le développement (GIZ), Preuss a trouvé le thème pour son travail de diplôme. Avec un reportage sur « Nollywood », l’Hollywood nigérian, il veut terminer ses études à la Filmakademie Baden-Württemberg

© www.deutschland.de