DE découverte : la ville impériale d’Aix-la-Chapelle

La série « DE découverte » nous emmène en voyage dans toute l’Allemagne. Cet hiver, dans la ville impériale d’Aix-la-Chapelle où résidait jadis Charlemagne.

Aachen
picture-alliance/dpa - Aachen picture-alliance/dpa - Aachen

Certains s’y sont cassé les dents. Les Printen sont – si on les mange comme les habitants d’Aix-la-Chapelle – vraiment durs. Pour être d’un autre avis, il faut garder ces pains d’épices de la ville de Rhénanie du Nord-Westphalie dans une boite en fer pendant quelques semaines. Ou bien tremper dans du thé ou du café ces biscuits parfumés au miel, à la cannelle, à la coriandre, à la cardamone et au clou de girofle. Les premiers Printen d’Aix-la-Chapelle furent inventés au XIXe siècle, l’empereur Charlemagne (vers 747-814), l’habitant le plus connu de la ville, n’a donc jamais mangé de Printen.

Charlemagne passa les vingt dernières années de sa vie à Aix-la-Chapelle et fit de la ville une métropole impériale. L’église Sainte-Marie, l’un des monuments les mieux conservés de l’époque carolingienne, est étroitement associée à l’empereur. Plus tard, d’autres bâtiments vinrent s’y ajouter et forment maintenant la cathédrale d’Aix-la-Chapelle. Plus de 30 rois y furent couronnés. En 1978, la cathédrale fut le premier édifice allemand classé au patrimoine mondial par l’UNESCO.

L’époque carolingienne et les siècles suivants furent la période la plus prestigieuse de la ville la plus occidentale d’Allemagne. Mais l’histoire d’Aix-la-Chapelle est plus ancienne. Elle commence vers la naissance du Christ. Des colons venus de Rome l’auraient désignée sous le nom de « Aquae granni », le lieu des sources de Grannus, le dieu celtique de l’eau bénéfique. Car Aix-la-Chapelle – son nom officiel est Bad Aachen – est aujourd’hui encore riche en sources thermales sulfureuses pouvant atteindre 75°. Aucune autre eau n’est aussi chaude en Europe centrale. Et, éventuellement, aucune autre ne sent aussi fort. Charlemagne, grand amateur de bains, ne s’en formalisait pas. C’est l’une des raisons pour laquelle les plus de 240.000 habitants de la ville qui se situe à la frontière avec la Belgique et les Pays-Bas l’apprécient encore autant aujourd’hui. Bien que Charles Ier soit mort il y a 1200 ans, il est encore présent dans de nombreux endroit, notamment dans la vieille ville avec ses ruelles étroites et ses places anciennes.

Charlemagne est sur toutes les lèvres au moins une fois par an lorsque la ville décerne le Prix international Charlemagne. Ce prix est attribué depuis 1950 à des personnalités ou des institutions qui ont fait avancé l’unification européenne, dont des grands hommes politiques ou religieux comme Konrad Adenauer, Winston Churchill, Bill Clinton, le pape Jean-Paul II et la chancelière Angela Merkel. Aix-la-Chapelle attire aussi l’élite scientifique : l’Université technique de Rhénanie-Westphalie (RWTH) d’Aix-la-Chapelle porte le titre de « pôle d’excellence » attribué par la Fédération et les Länder. Avec ses 260 instituts répartis entre neuf facultés, l’université compte parmi les centres scientifiques et de recherche leaders en Europe.

www.aachen.de

www.aachendom.de

www.karlspreis.de

www.rwth-aachen.de

whc.unesco.org

© www.deutschland.de