Des start-ups qui décollent

Nous vous présentons, à l’occasion du congrès d’aéronautique et de spationautique qui se déroule à Munich, trois start-ups allemandes dont les créateurs veulent révolutionner le secteur.

Maquette du taxi aérien Lilium
Maquette du taxi aérien Lilium Lilium GmbH

Lilium

Allemagne. Tous les banlieusards souhaitent qu’il n’y ait plus d’embouteillages pour se rendre au travail. La vision de l’équipe de la start-up munichoise Lilium : que les banlieusards aillent travailler en taxi aérien, les embouteillages et les longs trajets relèveraient ainsi du passé. Le  taxi volant de Lilium ferait 70 kilomètres en un quart d’heure. Daniel Wiegand, Sebastian Born, Patrick Nathen et Matthias Meiner ont fondé l’entreprise en 2015 et réalisé à ce jour des vols d’essai avec un prototype. Le premier vol habité doit décoller en 2019 et, en 2025, ils estiment que chacun pourrait appeler un taxi aérien Lilium d’un simple clic.

Le prototype de Lilium pendant un vol d’essai
Le prototype de Lilium pendant un vol d’essai Lilium GmbH

Wingcopter

Deux étudiants de Darmstadt veulent révolutionner l’aéronautique : Jonathan Hesselbarth et Tom Plümmer ont combiné les composants d’un hélicoptère et d’un avion pour développer leur « Wingcopter ». Celui-ci peut décoller et atterrir comme un hélicoptère avec ses hélices mais aussi voler à la vitesse d’un avion. Il dispose d’une plus grande autonomie que d’autres « multicoptères » et peut attendre une vitesse de 160 kilomètres/heure. Les créateurs de la start-up ont développé leur projet avec le soutien du pôle d’innovation et de création d’entreprise Hightest de l’université technique de Darmstadt.

Les possibilités d’utilisation du « Wingcopter » sont multiples. Un projet-pilote en coopération avec la  Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ – Société pour la coopération internationale) existe déjà : le « Wingcopter doit livrer des médicaments aux habitants d’une île sur le lac Victoria, en Tanzanie, et ramener des prélèvements sanguins dans une clinique au retour.

German Orbital Systems

La start-up berlinoise German Orbital Systems, créée en 2014, met au point des satellites miniatures. L’équipe de Walter Ballheimer, occupait la chaire de technologie aérospatiale de l‘université technique de Berlin, exporte maintenant surtout des composants de satellite dans le monde entier. Sa vision : « construire des satellites aussi simplement qu’avec des Lego et les faire décoller aussi simplement et rapidement qu’un avion en papier ». La start-up veut faire accéder tout un chacun à l’observation de la planète grâce à des modules bon marché.

German Orbital Systems construit des mini-satellites
German Orbital Systems construit des mini-satellites Oleg Tserbaev/German Orbital Systems