L’espoir germe

Des sols fertiles sont nécessaires pour un développement durable. Ce que l’Allemagne fait pour protéger les sols dans le monde entier.

 

Des sols fertiles, des plantes vigoureuses : l’Allemagne œuvre à la protection des sols.
Stock Adobe/Sevenstock Studio

« Je ne vais pas bien quand le sol se dégrade », dit Rosalie Djedohoun, une paysanne béninoise, dans une vidéo du Ministère fédéral de la Coopération économique pour le développement. Elle a appris à maintenir la qualité de ses terres en pratiquant la rotation des cultures, semant par exemple du maïs une année et des haricots l’année suivante.

L’Allemagne soutient quelques 800 projets de protection des sols dans le monde. Depuis 2014, le plus grand projet de protection des sols de la coopération allemande pour le développement, issu de l’initiative « Un monde sans faim », se déroule au Bénin, au Burkina Faso, en Ethiopie, au Kenya, à Madagascar et en Inde. La protection des sols est aussi d’un des 17 objectifs des Nations unies pour un développement durable : la dégradation des sols doit être neutralisée dans le monde entier d’ici à 2030.

Un joli motif, une triste vérité : la désertification progresse en Afrique
Un joli motif, une triste vérité : la désertification progresse en Afrique dpa

Le sol est une ressource non renouvelable précieuse. Si sa qualité diminue au point qu’on ne peut plus le cultiver, on parle alors de dégradation. Elle apparaît lorsque les sols sont mal cultivés ou trop intensément, par exemple lorsqu’on pratique des monocultures ou qu’on les fertilise mal. Ou bien lorsque trop d’animaux paissent sur une petite surface. Ou bien lorsque des charges lourdes, comme des camions ou des cars de touristes, tassent le sol. Le bétonnage, les pesticides dans les nappes phréatiques et la déforestation ont également un impact négatif sur la qualité des sols. Le changement climatique renforce la dégradation des sols avec les sécheresses et de fortes précipitations. Selon la Société allemande pour la coopération internationale, 30 % des sols sont déjà dégradés dans le monde, la perte étant la plus marquée en Afrique sub-saharienne. Un tiers de la population rurale dans le monde vit dans les zones touchées par cette dégradation. Les sols incultivables ont pour ces habitants des conséquences directes sur leur alimentation et leurs revenus.

Un programme pour les petits paysans

Les programmes allemands de protection des sols s’adressent donc surtout aux petits paysans et paysannes. On les forme sur la manière de cultiver leurs terres de manière durable. L’analyse des sols représente la première étape. Puis les conseillers et conseillères recommandent des méthodes permettant de fertiliser la terre, en lui apportant de la chaux ou plus de compost, de semer des légumineuses pour enrichir le sol en azote ou de ne plus labourer ou de labourer différemment. Ou encore de planter des arbres qui retiennent l’eau et génèrent de la biomasse.

Un succès rapide

Dans le village de Baraluru au Kenya, Peter Sotta a également fait analyser son sol dans un laboratoire itinérant. L’analyse a montré que ses champs sont épuisés, manquant d’humus et de nutriments importants pour les plantes. M. Sotta a commencé par chauler ses terres et le résultat ne s’est pas fait attendre : lors des dernières récoltes, son maïs faisait 2,50 mètres de haut, les plantes du champ voisin un mètre de moins. « C’est ma meilleure récolte de maïs depuis des années », dit M.  Sotta, satisfait.

De nouvelles perspectives

Les conseils pratiques aux cultivateurs et cultivatrices ne sont qu’une partie du programme de protection des sols. Ce dernier recherche également une amélioration des conditions-cadres politiques et juridiques, par exemple dans le droit foncier. Car un paysan n’investit dans des mesures de protection à long terme et donne aux terres le temps de se régénérer que s’il est sûr que les terres qu’il cultive lui appartiendront encore demain.

Les sols intacts protègent les écosystème et freinent le changement climatique. Ils garantissent aussi des récoltes plus importantes aux cultivateurs et, ainsi des revenus plus élevés. Si toute la famille est rassasiée, personne n’est obligé de s’installer en ville ou dans de lointains pays pour travailler.                  

© www.deutschland.de