Le plus grand projet solaire au monde

Les moteurs de la transition énergétique : au Maroc, Katharina Böhme coordonne le plus grand projet solaire au monde pour la KfW.

KfW-Bildarchiv/Dawin Meckel/OSTKREUZ - Solar

« Quand j’y suis, je suis toujours séduite par l’esthétique : tout est propre, tout brille de la vapeur blanche s’échappe, les monts de l’Atlas, parfois enneigés, se trouvent à l’arrière-plan, il fait chaud, le soleil brûle, on ressent un recueillement », dit Katharina Böhme. C’est ainsi qu’elle décrit ses impressions du Maroc ; cela rappelle la description du tournage d’un film monumental dans le désert. Les environs d’Ouarzazate, avec leurs gorges abruptes, ont en effet souvent servi de décor à des films comme « Lawrence d’Arabie », « L’Oracle » ou, plus récemment, « Game of Thrones ». 

Ce que décrit cette gestionnaire de projet de 34 ans à la banque de développement KfW n’est pas un décor de film mais le projet solaire le plus ambitieux au monde : quatre centrales d’une puissance allant jusqu’à 580 mégawatts sont en cours de construction sur une superficie de 3000 hectares à Ouarzazate. Le projet a été baptisé NOORo. En arabe, « noor » signifie « lumière », le « o » minuscule rappelle le site Ouarzazate. Le soleil y brille à plus de 2500 kilowatts-heures sur 1 m² de terre. En 2016, la première des centrales solaires a été mise en service. « Je suis sur place cinq fois par an », dit Mme Böhme. Au nom du gouvernement fédéral allemand, la KfW soutient la réalisation de ce plan ambitieux et Mme Böhme est, avec quatre autres collaborateurs, la femme qui veille à ce que toutes les étapes du projet soient réalisées car l’Allemagne est, avec la KfW, l’un des plus grands bailleurs de fonds du projet.  

De l’électricité solaire pour 1,3 million de personnes

En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, le Maroc est un pionnier de l’utilisation de l’énergie régénérative : d’ici à 2020, le soleil, le vent et l’eau doivent, selon les plans du gouvernement marocain, fournir plus de 40 % de l’électricité du pays. Ouarzazate alimentera un jour 1,3 million de personnes en électricité et permettra d’éviter chaque année l’émission de 800.000 tonnes de CO2. A NOORo I avec sa puissance de 160 mégawatts, on voit de longues rangées de miroirs paraboliques qui concentrent les rayons du soleil, les conduisant dans des tuyaux où circule un liquide conducteur de chaleur et le circuit de vapeur entraîne une turbine. Les autres centrales sont prévues avec chacune une technologie légèrement différente. Le projet coûte au total plus de 2 milliards d’euros, dont 830 millions sont apportés par l’Allemagne, quelque 340 millions de cette somme étant fournis par la KfW.

Un défi personnel

« Les centrales solaires d’Ouarzazate et du site suivant Midelt sont les projets les plus grands et les plus complexes que j’ai accompagnés à ce jour », dit Mme Böhme. Pendant ses études de langues, d’économie et d’espace culturel, elle s’intéressait déjà au développement et à la durabilité. Elle a parcouru nombre de pays en développement avec son sac à dos et trouvé en 2009 avec la KfW un employeur travaillant dans la coopération pour le développement. Originaire du lac de Constance, elle est surtout assise à son bureau à Francfort. « Avec mes collègues, je suis responsable de la mise à disposition par étapes du financement soutenu par le gouvernement fédéral et d’en évaluer l’impact et les résultats », explique-t-elle. A titre privé aussi, elle utilise de l’électricité provenant de sources d’énergie renouvelables.

Un pionnier dans la région

L’ensemble du projet au Maroc associe des bailleurs de fond publics et privés. Le gouvernement marocain en est le moteur avec l’agence des énergies renouvelables MASEN spécialement créée pour le projet d’Ouarzazate. « Avec cette alimentation en électricité durable et ménageant le climat, le Maroc crée les bases du développement et de la croissance économique avec des ressources propres au pays », explique Mme Böhme. L’exemple du Maroc a aussi un impact sur les autres pays de la région et le pays apporte une contribution importante à la protection du climat. 

www.kfw.de

© www.deutschland.de