TdT_Tennet_21042017

Tennet - Energy transition

Une île au courant

Une île artificielle doit être créée en mer du Nord pour une colonie éolienne en pleine mer. Cette idée offre bien des avantages.

Allemagne. Un nombre croissant d’éoliennes sont implantées au large des côtes de la mer du Nord. Mais plus elles sont éloignées de la côte, et plus leur exploitation s’avère onéreuse et complexe. Les sociétés de transport d’électricité Tennet (Allemagne/Pays-Bas) et Energienet.dk (Danemark) présentent aujourd’hui une solution astucieuse : elles prévoient de construire une île artificielle en mer du Nord pour implanter et exploiter des milliers d’éoliennes. Cela permettrait d’alimenter jusqu’à 100 millions de ménages en électricité dans les pays riverains de la mer du Nord à des prix abordables.

(Video without sound)

En 2016, l’UE en appelait déjà à une coopération plus étroite en matière d‘énergie dans la mer du Nord. La vision de Tennet et d’Energienet.dk offre bien des avantages. Doggerbank, le site prévu entre le Royaume-Uni et le Danemark, a des vents d’une force élevée constante et se trouve dans des eaux peu profondes. Cela réduit les coûts de construction. On pourrait accueillir le personnel et le matériel sur une île d‘environ six km², avec son port, son aéroport, ses hangars, ses ateliers et ses logements. Cela allègerait la logistique extrêmement complexe des installations offshore. Et on ne serait pas contraint d’installer les groupes convertisseurs sur des plateformes offshore, ce qui ferait baisser les coûts. En outre, l’île pourrait servir de « connecteur éolien » dans le commerce d’électricité entre l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, le Royaume-Uni, la Norvège et le Danemark.

Si tout fonctionne comme prévu, cette vision sera réalisée entre 2030 et 2050. Une étude de faisabilité est en cours, à laquelle participent différentes organisations de protection de l’environnement.

© www.deutschland.de

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour poster des commentaires