Quand des opinions contraires se rencontrent

« Europe Talks » accouple des milliers d’Européens pour des discussions politiques. Ce que les organisateurs en attendent.

« Europe Talks » réunit des opinions contraires et élimine les préjugés.
« Europe Talks » réunit des opinions contraires et élimine les préjugés. ZEIT ONLINE

Nous les Européens, nous connaissons-nous vraiment ? Savons-nous ce qui touche les habitants de nos pays voisins et pourquoi ils pensent ce qu’ils pensent ? Pas vraiment, estime Maria Exner, la rédactrice en chef adjointe de « Zeit Online » et organisatrice du projet européen « Europe Talks ». Juste avant les élections européennes, le projet relie des milliers d’Européens pour que des idées contraires se parlent.

« Zeit Online », le site Web de l’hebdomadaire allemand « Die Zeit », travaille pour cela avec 15 entreprises de médias européennes. Les médias partenaires ont posé à leurs lecteurs pendant six semaines sept questions controverses – les mêmes pour tous –  qui agitent l’Europe. Plus de 17.000 personnes se sont inscrites sur des questionnaires numériques et ont décrit leurs opinions. Un algorithme a ensuite formé des « paires ». Le 11 mai à 15 h, ces tandems discuteront entre eux dans toute l’Europe, par appel vidéo ou en se rencontrant personnellement.

Maria Exner gère le projet « Europe Talks ».
Maria Exner gère le projet « Europe Talks ». Phil Dera für Convent Kongresse

Mme Exner, nous vivons tous plus ou moins dans une « bulle de filtres ». Y a-t-il encore des échanges par-delà les frontières en Europe ?
A ce jour, nous, les Européens, ne discutons souvent de sujets actuels et parfois controverses que dans notre propre pays. Ainsi, les Allemands ne parlent de la Grèce que dans une perspective allemande, et vice-versa. Le projet « Europe Talks » est une expérience qui demande : Peut-on trouver en Europe des moyens d’échanger par-delà les frontières sur des sujets qui concernent toute l’Europe ; et acquérir ainsi plus de compréhension mutuelle ?

Peut-on trouver en Europe des moyens d’échanger sur des sujets par-delà les frontières ?

Maria Exner, organisatrice de « Europe Talks »

N’évitons-nous pas trop souvent les discussions avec « l’autre camp » en Europe ?
Je dirais plutôt que ce n‘est pas facile de rencontrer « l’autre camp » au quotidien. Au travail, avec les amis ou en voyage, on rencontre souvent des gens qui partagent plus ou moins nos opinions. Avoir une discussion avec un autre Européen qui pense complètement différemment sur des sujets essentiels est une expérience rare mais précieuse. C’est pourquoi nous voulons permettre à un grand nombre de gens ce type de rencontres avec « Europe Talks ».

Qu’espérez-vous de ces entretiens « Europe Talks » ?
Nous ne donnons pas de sujets à traiter aux participants – ils décident seuls de quoi ils parlent. Mais nous savons des dialogues que nous avons organisés au niveau national, par exemple « Deutschland spricht », que beaucoup « déclinent » d’abord les sujets du questionnaire avec lequel ils se sont inscrits.

Ensuite, ils parlent aussi de sujets personnels, de leurs biographies. Cela crée souvent de la compréhension pour les raisons pour lesquelles l’interlocuteur pense ceci ou cela. Pour les participants, il est intéressant d’entendre les expériences qu’a faites leur interlocuteur et quelles évolutions l’inquiètent.

L‘entretien personnel est-il important à une époque de commentaires anonymes sur Internet et d’une culture du débat qui se dégrade ?
La rencontre personnelle, à deux et sans observateur, crée un espace où personne n’est obligé de sortir la grosse artillerie au niveau rhétorique – chacun peut y éveiller sa curiosité et s’intéresser vraiment à son interlocuteur. Nombre de participants ont constaté après leur discussion : « Nous ne sommes pas autant en contradiction que les débats sur le Net pourraient nous le faire croire ».

La « Europe Talks Conference »
Le 11 mai à 15 h, les quelque 4.000 tandems discuteront entre eux dans toute l’Europe, par appel vidéo ou en se rencontrant personnellement. Ce jour-là, la conférence de « Europe Talks » se déroulera parallèlement à Bruxelles, avec de la musique, des tables rondes et des entretiens avec les voisins européens. Cent tandems, la ministre d’Etat au ministère fédéral des Affaires étrangères Michelle Müntefering, l’astronaute de l’ESA Samantha Cristoforetti en feront entre autres partie. Vous pouvez encore vous inscrire jusqu’au 11 mai, le jour de la conférence, et en être.

« Europe Talks » est soutenue par le ministère fédéral des Affaires étrangères en coopération avec l‘European Cultural Foundation, la Fondation culturelle Allianz, la Fondation Mercator et en partenariat avec Interrail et le Bozar Centre for Fine Arts à Bruxelles.

Pour plus d’infos connectez-vous sur : http://www.zeit.de/europetalks-opening

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: