« Les conflits internationaux déterminent mon travail »

Directeur de l‘aide d’urgence de Malteser International, Oliver Hochedez est toujours parti vers les foyers de crise dans le monde.

Je ne saurais vous dire où je serai dans les semaines à venir. Cela fait aussi partie de mon travail comme directeur de l’aide d’urgence de Malteser International. Dès que des personnes sont en détresse quelque part dans le monde, je m’envole très probablement peu après pour y coordonner notre aide. Après le tsunami dans l’Océan indien en 2004, j’ai vécu presque trois ans en Indonésie, puis deux ans en Ethiopie où régnait la famine. Depuis 2014, ce sont les conflits interna-
tionaux qui déterminent mon travail. Ces derniers mois, j’étais en Irak, en Turquie, au Liban, au Népal et en Ukraine. Le service d‘aide d’urgence de Malteser International se compose d’un noyau de quatre salariés et de quelque vingt travailleurs humanitaires indépendants. Au total, Malteser International, avec 
ses quelque vingt bureaux à l’étranger, est présent dans le monde entier. La mission de l’aide d’urgence est d’apporter aussi rapidement que possible une aide aux gens dans la détresse : une aide médicale en premier lieu, mais aussi un approvisionnement rapide en eau, en nourriture et en articles d‘hygiène. En Irak, au Liban, au nord de la Syrie et en Turquie, nous avons aidé plus de 200000 
patients dans nos hôpitaux de campagnes, dans nos hôpitaux 
mobiles et nos antennes médicales depuis 2014. En fait, j’ai fait 
des études de communication parce que je voulais devenir journaliste. Or je ne voulais pas seulement écrire sur les catastrophes, 
je voulais améliorer activement la situation. C’est la raison pour laquelle je suis devenu travailleur humanitaire. Notre travail 
est important et précieux. Il nous faut néanmoins être tou-
jours conscient qu’il ne résout pas les conflits. Seule la politique le peut. » ▪