Un courage sans frontières

Ils risquent leur vie pour leurs idéaux : 15 hommes et femmes courageux obtiennent le Prix franco-allemand des droits de l’homme.

Des individus s’engagent dans le monde entier pour les droits des autres
Des individus s’engagent dans le monde entier pour les droits des autres dpa

Ils militent pour la liberté de la presse, la protection des femmes ou de meilleures conditions de détention : les activistes des droits de l’homme dans le monde assument des risques pour cela, sont souvent menacés en permanence ou ont déjà été victimes de violences. Le Prix franco-allemand des droits de l’homme distingue leur engagement altruiste et courageux.

Lancer un signal

A l’occasion de la Journée des droits de l’homme le 10 décembre, l’Allemagne et la France distinguent 15 hommes et femmes impressionnants. Avec ce prix décerné pour la deuxième fois, les deux pays veulent lancer un signal dans le monde en faveur des droits de l’homme et de l’Etat de droit. Les lauréats reçoivent la distinction de l’ambassade de France et d’Allemagne dans leur pays respectif. Nous vous présentons quatre lauréats.

Adilur Rahman Khan, Bengladesh : Président de l’organisation pour les droits de l‘homme Odhikar, le juriste œuvre pour que les groupes les plus faibles de la population aient accès au système légal. Il publie aussi les cas de disparition forcée, de torture et d’exécutions extrajudiciaires. En 2013, il a lui-même été enlevé, puis emprisonné pendant 60 jours.

Gracia Violeta Ross Quiroga, Bolivie : L’activiste en faveur des droits de l’homme a été victime d’abus sexuel et est porteuse du virus VIH. Elle est la présidente du réseau bolivien des porteurs du VIH (REDBOL) et milite en faveur du droit à une couverture médicale et de l’égalité des droits entre hommes et femmes. Ross Quiroga s’engage dans le monde dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme.

Nounongnon Balbylas Gbaguidi, Bénin : L’ancien enseignant, président de la coalition nationale pour les droits de l’homme du Bénin du nord et coordinateur régional de Prisonniers sans frontières, milite en faveur de meilleures conditions de détention en prison, notamment pour les femmes et les jeunes. Les prisonniers ont ainsi un meilleur accès aux soins médicaux, aux conseils juridiques et une aide concrète pour se réinsérer dans la société.

Elena Milashina, Russie : Milashina est journaliste d’investigation au quotidien indépendant russe Nowaja Gaseta. Depuis l’assassinat d‘Anna Politkowskaja en 2006, Mme Milashina fait des recherches et informe sur les violations graves des droits de l’homme en Tchétchénie pour son journal. En avril 2017, elle a par exemple révélé une vague de persécution contre les homosexuels dans le pays. Elle a reçu plusieurs menaces de mort.

Les autres lauréats : Ragia Omran (Egypte), César Ricaurte (Equateur), Abdullah Al Khonaini (Koweït), Bekim Asani (Macédoine), Mandira Sharma (Népal), Grace Idaehor Osakue (Nigeria), Rosemarie R. Trajano (Philippines), Shreen Abdul Saroor (Sri Lanka), Kerem Altiparmak (Turquie), Pavlo Lysianskyi (Ukraine), Liliana Ortega Mendoza (Venezuela).

© www.deutschland.de