« L’IRK recommande… »

L‘Institut Robert Koch (RKI) à Berlin est l’interlocuteur privilégié dans la crise du Coronavirus.

Le laboratoire hautement sécurisé de l’Institut Robert-Koch
Le laboratoire hautement sécurisé de l’Institut Robert-Koch RKI

« Le RKI sur la situation actuelle », « le RKI demande… », « le RKI met en garde… » – pas un jour ne passe dans la crise du Corona sans que l’Institut Robert Koch à Berlin ne s’exprime sur la situation. En Allemagne, l’Institut Robert Koch est le grand centre de recherche sur l’identification, la prévention et la lutte contre les maladies infectieuses. En tant qu‘institut fédéral, il conseille les ministères concernés, informe les spécialistes et, de plus en plus, l’opinion publique. Actuellement, le site Web du RKI est largement consulté par les médecins et les néophytes pour s’informer sur l’évaluation actuelle des risques et le diagnostic de la COVID-19 ou pour avoir des indications fiables sur le nombre de cas.

Lothar H. Wieler, président de l‘Institut Robert Koch (RKI)
Lothar H. Wieler, président de l‘Institut Robert Koch (RKI) dpa

Expertise sur les maladies infectieuses

Quand le président du RKI Lothar Wieler s’adresse à l’opinion publique, il s’appuie sur un immense savoir et une expérience étendue. L’Institut Robert-Koch est l’un des organismes les plus anciens de ce genre dans le monde. Il porte le nom de son premier directeur : en 1882, Robert Koch a découvert le germe de la tuberculose, ce qui lui valut le prix Nobel de médecine en 1905.

Aujourd’hui, l’institut emploie 1.100 collaboratrices et collaborateurs, dont 450 chercheuses et chercheurs. Lorsqu’une maladie infectieuse se déclare quelque part dans le monde, les épidémiologistes du RKI analysent le risque pour l’Allemagne et indiquent les mesures à prendre.

Avec l’épidémiologie numérique, ils analysent les flux des personnes, des marchandises et des données. Cette nouvelle méthode permet de prédire la dynamique des épidémies. Les données sur les vols dévoilent par exemple sur quels trajets les maladies contagieuses se diffusent sur la planète – et à quelle vitesse. Cela vaut aussi au niveau local, avec le déplacement des navetteurs dans les bus et les trains. Parallèlement, la gestion des données des chercheurs par l’institut structure et met en réseau les données issues de la recherche afin que les scientifiques du monde entier puissent les utiliser.

Un réseau international

A l’international aussi, l‘expertise des chercheuses et chercheurs de l’Institut Robert Koch est très demandée. Ils coopèrent étroitement avec des organisations internationales comme le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et participent à de nombreux projets internationaux. Ainsi, le RKI contribue à agir contre les problèmes de santé publique pressants à l’international et à améliorer la santé des habitants de la planète. 

© www.deutschland.de