COP27 : "Un nouveau chapitre dans la politique climatique" lors de la Conférence mondiale sur le climat

Pour la première fois, un accord financier, un fond d'aide, a été trouvé pour compenser les dommages climatiques dans les pays les plus pauvres. Néanmoins, certains points controversés sont restés sans réponse.

Weltklimakonferenz COP27: „Neues Kapitel in der Klimapolitik“
picture alliance/dpa

Sharm el-Sheikh (Agence de presse allemande) - C'est une percée après des décennies de débats. Pour la première fois, les participants à la conférence mondiale sur le climat sont parvenus à s'entendre sur une enveloppe commune destinée à compenser les dommages climatiques dans les pays les plus pauvres. Dans leur déclaration finale, les quelque 200 États ont, en outre, confirmé leur précédente décision d'abandonner progressivement le charbon.

L'objectif de ce nouveau fonds de compensation est d'atténuer les conséquences inévitables du réchauffement de la planète: les sécheresses, les inondations et les tempêtes de plus en plus fréquentes, mais aussi la hausse du niveau des mers et la désertification. Les pays en voie de développement, particulièrement vulnérables, devraient en bénéficier.

Le secrétaire général de l'ONU António Guterres a qualifié le nouveau fonds pour les dommages climatiques d'étape importante vers l'équité. La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a déclaré : "Nous ouvrons ainsi un nouveau chapitre dans la politique climatique". Un processus, veillant à ce que les pays qui émettent le plus de gaz à effet de serre soient également mis à contribution, a été lancé - bien que "de nombreuses questions restent encore ouvertes et controversées", a reconnu Mme Baerbock.

Selon elle, nous avons pu éviter un recul par rapport aux résultats des conférences climatiques de Glasgow et de Paris, et défendre l'objectif limitant le réchauffement de la planète à 1,5 degré comparé à l'ère préindustrielle. Elle a toutefois déploré : "Le fait que des mesures de réduction et d'abandon des énergies fossiles, qui auraient dû être prises depuis longtemps, aient été empêchées en raison du blocage de certains grands émetteurs et pays producteurs de pétrole est plus que frustrant. Le monde perd ainsi un temps précieux pour atteindre l'objectif de 1,5 degré".

Baerbock a ajouté : "Nous, Européens, nous sommes engagés dans la déclaration finale pour un engagement clair en faveur de l'abandon des énergies fossiles au niveau mondial. Nous avons reçu beaucoup de soutien en ce sens, mais aussi une résistance virulente de la part de quelques États". Néanmoins pour la première fois, les énergies renouvelables ont été reconnues comme enjeu prioritaire. Le vice-commissaire européen Frans Timmermans a quant à lui jugé que la conclusion de la COP27 ne constituait pas "un pas en avant suffisant pour les hommes et la planète".

Le directeur général de Greenpeace Allemagne, Martin Kaiser, a salué la décision de verser des compensations financières, mais a averti que "les acteurs de la crise climatique doivent maintenant assumer leurs responsabilités et contribuer à hauteur suffisante à la nouvelle enveloppe d'aide". 

La prochaine conférence des Nations Unies sur le climat aura lieu fin 2023 aux Émirats arabes unis.