Des règles plus strictes contre la haine sur Internet

Les commentaires haineux doivent désormais être signalés à l’Office fédéral de police judiciaire pour améliorer la sécurité des élus locaux.

Schärfere Regeln gegen Hass im Netz
dpa

Berlin (dpa) – Quiconque diffuse de la propagande nazie sur les réseaux sociaux, approuve des délits ou menace de viol doit désormais être signalé à l’Office fédéral de police criminelle (BKA).  Un renforcement de la loi correspondante a été adopté au conseil des ministres le 19 février. Le Bundestag se penche maintenant sur les propositions. Actuellement, les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter ne doivent effacer que les messages haineux qu’ils ont remarqués.

Les autorités peuvent aussi demander les mots de passe pour des crimes graves comme le terrorisme ou les meurtres – et sur décision judiciaire. Si ces mots de passe sont sauvegardés et cryptés chez les fournisseurs d’accès, ils seront transmis sous cette forme.

Les élus locaux doivent désormais être particulièrement protégés. Actuellement, le Code pénal protège des diffamations et des calomnies « une personne de la vie politique du peuple ». Il a été surtout utilisé à ce jour pour les responsables politiques au niveau fédéral et des Länder. Une phrase sera ajoutée au paragraphe pertinent : « La vie politique du peuple s’étend jusqu’au niveau municipal ».            

Source : dpa, Traduction : deutschland.de