Le gouvernement fédéral plaide en faveur de sanctions plus sévères contre la Russie

Olaf Scholz demande à ce que lumière soit faite sur les actes commis par les troupes russes. Le chancelier allemand a également évoqué de nouvelles sanctions contre le président russe Poutine.

Bundesregierung für härtere Sanktionen gegen Russland
dpa

Berlin (dpa) - Olaf Scholz, le chancelier allemand, a évoqué de nouvelles sanctions contre la Russie après les atrocités commises à Boutcha, en Ukraine. « Nous allons décider de nouvelles sanctions avec les alliés dans les prochains jours », a annoncé Olaf Scholz, sans donner plus de détails. Le président russe Vladimir Poutine et ses soutiens en subiront les conséquences. « Et nous continuerons à fournir des armes à l'Ukraine afin qu'elle puisse contrer l'invasion russe ».

À Boutcha, une banlieue de Kiev, des cadavres de civils ont été retrouvés dans la rue après le départ des troupes russes. Ces images ont suscité l'indignation dans le monde. Olaf Scholz a demandé à ce que les faits soient élucidés : « Le meurtre de civils est un crime de guerre. Nous devons faire la lumière, sans indulgence, sur ces crimes commis par les forces armées russes ».

Annalena Baerbock, la ministre allemande des Affaires étrangères, a déclaré qu'il fallait traduire en justice les criminels de guerre devant la Cour pénale internationale. Elle a qualifié les images de Boutcha d'« insupportables ». La ministre a déclaré sur Twitter qu'elle tenait le président russe pour personnellement responsable de ces crimes : « La violence effrénée de Poutine détruit des familles innocentes et ne connaît aucune limite ». Les responsables de « ces crimes de guerre » doivent, selon elle, rendre des comptes.

Frank-Walter Steinmeier, le président allemand, a déclaré que « les crimes de guerre perpétrés par la Russie [étaient] exposés au regard du monde », tout en assurant de la solidarité de l'Allemagne avec l'Ukraine.