M. Maas demande un soutien pour de nouvelles sanctions contre la Russie

Le ministre fédéral des Affaires étrangères a demandé de soutenir la proposition franco-allemande lors d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Bundesaußenminister Heiko Maas
dpa

Luxembourg (dpa) - Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a demandé de soutenir la proposition franco-allemande d’imposer de nouvelles sanctions contre la Russie lors d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères de l’UE. L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé que l’empoisonnement d’Alexeï Navalny, un critique du Kremlin, représente une violation de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques, a déclaré ce membre du SPD allemand le 12 octobre à Luxembourg. A ses yeux, cela ne peut être sans conséquences. Avec la France, l’Allemagne a donc proposé de sanctionner « certaines personnes ». Il faut maintenant en définir le processus.

Le 20 août, le critique du Kremlin Navalny s’était écroulé pendant un vol intérieur en Russie. Après un atterrissage en urgence dans la ville d’Omsk, en Sibérie, il a été transféré à l’hôpital berlinois Charité à Berlin sur l’insistance de sa famille. Agé de 44 ans, Navalny a aujourd’hui quitté l’hôpital mais n’est pas complètement rétabli ; il suit actuellement un programme de rééducation dans la capitale allemande. Il estime que l’Etat russe est à l’origine de cet empoisonnement. Cet opposant est l’un critiques les plus virulents du président russe, Vladimir Poutine.

L’Allemagne et la France justifient leur demande de sanctions par le fait que la Russie n’a toujours pas répondu à la demande d’éclaircir cet acte. Les sanctions doivent viser différentes personnes « qui, en raison de leurs fonctions officielles, peuvent être considérées responsables de ce crime et de la violation des normes juridiques   internationales ainsi qu’un établissement en rapport avec le programme Novitchok ».

Source : dpa ; traduction : deutschland.de