Maas : Ne pas rester à regarder sans rien faire

L'armée a pris le pouvoir en Birmanie. L'UE menace de mettre en place des sanctions pour faire pression. 

Maas: Nicht tatenlos zuschauen
dpa

Bruxelles (dpa) – L'armée birmane est sous la menace de nouvelles sanctions de l'UE après son coup d'État contre le gouvernement. « Nous aurons recours à tous les canaux diplomatiques encore existants pour parvenir à un apaisement », a déclaré lundi Heiko Maas (SPD), le ministre allemand des Affaires étrangères, en marge des discussions avec ses homologues de l'UE à Bruxelles. Le ministre a également indiqué que des sanctions contre le régime militaire allaient être préparées en parallèle en cas d'échec.

Le ministre a déclaré que la façon dont sont traités les manifestants en Birmanie, notamment, était « extrêmement préoccupante ». Il continue de condamner le coup d'État mené par les dirigeants militaires de ce pays d'Asie du Sud-Est et ne veut pas continuer à regarder les bras croisés l'évolution de la situation.

Dans une déclaration adoptée lundi par les ministres des Affaires étrangères, l'UE exige à nouveau « la fin immédiate de l'état d'urgence, le rétablissement d'un gouvernement civil légal et l'ouverture du parlement nouvellement élu ». L'UE demande également la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes qui ont été arrêtées à la suite du coup d'État, y compris le président Win Myint et la conseillère d'État Aung San Suu Kyi.

L'Union européenne promet également de continuer à fournir une aide humanitaire à la Birmanie. Les sanctions qui sont en train d'être préparées doivent être conçues de manière à ne pas porter préjudice à la population du pays.

Source : dpa, traduction : deutschland.de