Prison à vie dans le procès pour torture d'État en Syrie

Une décennie après le début de la guerre civile syrienne, un tribunal allemand rend un jugement historique.

Lebenslange Haft im Prozess um Staatsfolter in Syrien
dpa

Coblence (dpa) – L'accusé de ce qui est, selon le parquet fédéral, le premier procès pénal au monde de la torture d'État en Syrie, a été condamné à la prison à vie. L'Oberlandesgericht de Coblence a jugé jeudi le Syrien Anwar R. coupable de crimes contre l'humanité. L'accusé s'était lui-même déclaré innocent, sa défense avait plaidé l'acquittement. Le procès, qui avait débuté en avril

2020, s'est donc achevé à l'issue de 108 jours d'audience. Avec plus de 80 témoins à la barre et plusieurs victimes de tortures s'étant portées parties civiles, ce procès avait attiré l'attention à un niveau mondial.

Selon le Sénat de la protection de l'État de Coblence, Anwar R. a commis des crimes contre l'humanité en 2011 et 2012, au début de la guerre civile syrienne. L'homme de 58 ans était chef des interrogatoires dans une prison des services secrets à Damas, la capitale syrienne. Il est responsable de la torture d'au moins 4000 personnes. Le jugement n'est pas encore exécutoire. Le parquet fédéral avait demandé la réclusion à perpétuité et l'établissement de la gravité particulière de la culpabilité de l'accusé, ce qui aurait exclu une libération après 15 ans de détention.

Le principe du droit mondial, dans le droit pénal international, permet de poursuivre partout ailleurs des crimes de guerre commis par des étrangers dans d'autres Etats. Anwar R. avait fui en Allemagne et avait été identifié par plusieurs victimes de tortures. Il avait été arrêté à Berlin en 2019.

Source : dpa, traduction : deutschland.de