Entdecke DE : les figurines de Noël des Monts métallifères

Avec la série « Entdecke DE », nous partons à la découverte de l’Allemagne. Cette fois dans les Monts métallifères où sont produites des décorations de Noël connues dans le monde entier.

dpa/Daniel Kalker - Christmas decorations

Les pyramides de Noël

Les pyramides de Noël, souvent de plusieurs étages, sont fabriquées à la main dans de nombreux ateliers entourant le « village des jouets » Seiffen en Saxe. La chaleur qui monte des bougies fait tourner les ailes de la pyramide. Des figurines et des animaux sculptés représentent des scènes chrétiennes ou quotidiennes, racontant parfois toute une histoire. La plus grande pyramide de Noël au monde mesure 14,65 mètres et orne le célèbre Striezelmarkt à Dresde, l’un des plus anciens marchés de Noël en Allemagne.

 

Les casse-noisettes

La bouche est ouverte, on y met une noix et clac ! Le casse-noisettes n’a pas l’air d‘apprécier, il a toujours une mine sombre. Pourquoi ? Les premiers casse-noisettes des Monts métallifères apparurent vers 1870, une époque où les rois, les soldats et les généraux rendaient la vie dure au peuple. Les habitants de la région se vengèrent à leur manière : ils immortalisèrent les autorités dans le bois, leur peignirent des armes et des uniformes fantaisistes et leur firent casser les noix les plus dures.

 

Les anges et les mineurs

Les Monts métallifères furent longtemps le centre de l’industrie minière en Europe centrale. Le motif du mineur apparut dès le XVe siècle. La lumière, dont le mineur est privé au fond de la mine, est fièrement portée, avec une ou deux bougies, par la figurine du mineur. Un ange, qui tient également une lumière entre les mains, l’accompagne, diffusant chaleur et protection. Ces figurines longuement tournées et sculptées à la main incarnent plus que tout autre le travail du bois dans les Monts métallifères et sont connues au-delà des frontières allemandes.

 

Les brûle-encens
La fumée d’un morceau d’encens s’échappe de leur bouche et diffuse le parfum inimitable de Noël. Ces bonhommes en bois au ventre rebondi sont tournés dans des bois locaux comme le bouleau, le hêtre, le tilleul ou l’aulne puis peints à la main. Les premiers brûle-encens sont apparus vers 1830.

 

 

www.erzgebirge.org

 

www.spielzeugmuseum-seiffen.de

 

www.nussknackermuseum-neuhausen.de

 

© www.deutschland.de