Dresde : pour la culture du dialogue

En 2025, la capitale européenne de la culture sera de nouveau en Allemagne. Nous présentons les candidats au titre. Ici : Dresde.

Dresden
Frank Exß

Allemagne. Ce titre incarne à la fois l’espoir d’accueillir un plus grand nombre de visiteurs et de partir à la découverte, dans une ambiance de départ : l’Allemagne peut à nouveau désigner une  « capitale européenne de la culture », et ce en 2025. La décision ne tombera qu’en 2020, mais toute une série de villes sont déjà en lice. Nous avons posé à leur maire respectif la question suivante : quel endroit de leur ville montre-t-il clairement qu’elle a l’étoffe d’un lauréat ?

Annekatrin Klepsch
Annekatrin Klepsch dpa

Annekatrin Klepsch, maire-adjointe de Dresde, en charge de la culture et du tourisme de la ville :

« À mon avis, le cœur de l’Europe bat au Neumarkt de Dresde, où a été reconstruite l’église Notre-Dame. C’est là que se concentre l’histoire et que se croisent nombre de récits encore importants pour les sociétés européennes d’aujourd’hui. Le Neumarkt est un symbole de la reconstruction et de la réconciliation après la Seconde Guerre mondiale. Mais il incarne aussi un carrefour de différentes religions.

Les forces nationalistes défient la société ouverte.

L’église Notre-Dame, protestante, a été construite jadis, après la conversion au catholicisme du prince-électeur de Saxe. Très récemment, c’est de là que les images de manifestations contre l’islam firent le tour du monde, un symbole du défi politique actuel que lancent les forces nationalistes et que doivent relever les sociétés ouvertes d’Europe. Les thèmes de notre candidature au titre de capitale culturelle sont donc le dialogue et la quête du sens civique. À Dresde, l’Europe est chez elle. »

Compte rendu : Bettina Mittelstraß