Où les jeunes Allemands souhaitent-ils vivre ?

Les jeunes veulent vivre en ville, non ? Nous avons interrogé de jeunes Allemands et obtenu des réponses surprenantes.

aime les grandes villes
privat

Une vie urbaine intéressante

J’ai grandi dans un village à proximité de Francfort-sur-le-Main. Mais je ne peux plus imaginer une vie animée que dans une grande ville. Mon année à l’étranger, à Shanghai après le bac, m’a beaucoup marqué. J’ai constaté que, dans une grande ville, on peut faire ce que l’on veut. Et on ne peut pas s’y ennuyer, il y a toujours des quartiers ou des lieux à explorer. Berlin, notamment, offre aux étudiants un mélange idéal de culture et de vie nocturne. A la campagne, il faut faire plusieurs heures de voiture pour trouver l’équivalent.

 Robert Fröhlich
Robert Fröhlich (20 ans)
fait des études de sciences politiques à Berlin (3,6 millions d’habitants), la capitale allemande.

Des trajets brefs

J’aime habiter dans le centre-ville. Je peux me rendre partout à pied ou à vélo : dans les supermarchés, à la poste, à la gare ferroviaire et routière, chez les médecins et les physiothérapeutes, dans les restaurants et les bars. Mon loyer est heureusement abordable et ma rue est relativement calme. Mais chercher une place de parking, c’est énervant, ma voiture a récemment été emportée par la fourrière. Mais je suis content d’avoir quitté mon village natal pour vivre en ville.

Markus Wolsiffer
Markus Wolsiffer (27ans)
vit à Mayence (215.824 habitants), la capitale de la Rhénanie-palatinat, où il travaille comme journaliste.

La proximité de l’université

La proximité de l’université et du centre-ville est un immense avantage. Et les loyers sont abordables à Kaiserslautern – pour les étudiants aussi.

 Vivien Wilbert
Vivien Wilbert (22 ans)
s’est installée à Kaiserslautern (102.542 habitants) pour y étudier.

En contact étroit avec la nature

C’est génial de grandir à la campagne, c’est du moins mon expérience. Ici, c’est calme, tout le monde se connaît, on se soutient mutuellement. Enfants, mon frère et moi pouvions tout simplement aller dehors pour jouer. J’aime le contact étroit avec la nature et les animaux. Et on sait que les légumes ne poussent pas dans les supermarchés. Mes grands-parents étaient paysans et ont toujours leur potager. Mais la vie urbaine, colorée et ouverte sur le monde, m’a toujours manqué. C’est pourquoi, sur le long terme, je préfèrerais vivre en ville, avec toutes ses offres et ses possibilités – et un peu plus d’anonymité.

Tale Kropp
Tale Kropp (17 ans)
vit à Wittingen (4.574 habitants) en Basse-Saxe.

Des villes peuplées et chères

Je préfère vivre à la campagne qu’en ville parce que c’est plus calme. Faire ses courses y est aussi beaucoup plus agréable ; en ville, les magasins sont pleins et plus chers. Je trouve aussi important d’être proche de sa famille, de ses amis et des clubs de sport.

Karl Johann
Karl Johann (21 ans)
étudiant, vit à Spachbrücken (2.340 habitants) en Hesse.

Une vie de village animée

La qualité de la vie est meilleure à la campagne. J’aime son environnement dépourvu de stress, la nature et la vie animée du village où les habitants se connaissent et se respectent. Ma famille et une grande partie de mes amis vivent également à la campagne. L’offre culturelle et culinaire est meilleure à Darmstadt mais il y manque des logements abordables pour les étudiants.

Maximilian Mohr
Maximilian Mohr (23 ans)
vit Habitzheim (1.435 habitants) et fait ses études à Darmstadt.