Une solution pour les déchets en plastique

Des chercheurs des nouveaux Länder veulent transformer le plastique polluant en une précieuse matière première.

Bernd Meyer développe un procédé de recyclage chimique.
Bernd Meyer développe un procédé de recyclage chimique. TU Bergakademie Freiberg/IEC

L’idée n‘a que des avantages : les déchets en plastique polluants sont utilisés, le charbon nocif au climat n’est pas brûlé mais transformé en gaz. Le gaz de synthèse ainsi créé sert de matière première à l’industrie chimique et la rend indépendante du pétrole et du gaz naturel.

Quand le plastique devient une précieuse matière première

On trouve au cœur de cette technique de conversion un réacteur où les matières de base contenant du carbone sont traitées avec de l’oxygène et de la vapeur d’eau à une température de 1000 °C et plus. Après un traitement supplémentaire et une purification, un gaz de synthèse – qui peut être une précieuse matière de base pour l’industrie chimique – est obtenu en ajoutant de l’hydrogène.

Avec un réacteur de recherche à Freiberg, en Saxe, les scientifiques veulent tester la faisabilité technique du procédé et en déterminer les coûts. S’ils parviennent à produire un gaz de synthèse de qualité et à faire fonctionner l’installation avec des émissions minimales de CO2, le réacteur entrera en service sur le site chimique de Leuna, en Saxe-Anhalt.

Le « recyclage chimique » des déchets en plastique

Le directeur du projet Bernd Meyer décrit le procédé comme un « recyclage chimique ». Directeur de l’Institut des technologies de procédés énergétiques et d’ingénierie chimique IEC à l’université technique Bergakademie à Freiberg, responsable du domaine Processus de transformation chimique à l’institut Fraunhofer IMWS, il explique : « Le carbone n’est pas brûlé, ce qui polluerait sous forme de  CO2, mais utilisé pour créer d’autres composés chimiques. Nous ouvrons ainsi la voie à une économie circulaire largement neutre en CO2 ».

Utiliser le charbon tout en ménageant le climat

Armin Willingmann, ministre de l’Economie de la Saxe-Anhalt, discerne d’autres avantages : « Avec l’installation pilote, on peut parvenir des ressources largement indépendantes du pétrole et du gaz naturel pour l’industrie chimique, qui consomme beaucoup d’énergie. Et nous pouvons utiliser le charbon de la région en créant de la valeur et en ménageant l’environnement. » L’installation pourrait ainsi contribuer à maîtriser la mutation structurelle de la région.

« Une forte demande mondiale »

Si le procédé fait ses preuves, la plateforme passera au niveau industriel. « Nous voyons une forte demande pour cette technologie, et cela dans le monde entier », dit Ralf B. Wehrspohn, le directeur de l’Institut Fraunhofer de la microstructure des matériaux et des systèmes (IMWS) à Halle. Si la phase de planification s’achève sur un succès, le projet sera mis en place d’ici à 2024.

© www.deutschland.de