Terry-Reintke-Portrait

« Nous devons continuer à construire l’Europe »

La députée allemande Terry Reintke est la plus jeune femme au Parlement européen. Elle souhaite que plus de jeunes ressentent le même enthousiasme qu’elle pour l’Europe.
par Sabine Buchwald

Le vert et le fuchsia dominent sur le site Web de Terry Reintke, des couleurs qui font figure de signaux : le vert pour son parti, Alliance 90/Les Verts, le fuchsia pour le pouvoir des femmes. Des photographies successives donnent l’image d’une jeune femme énergique aux cheveux blonds, à peine maquillée, portant plus souvent des t-shirts que des chemisiers. Une photo montre cette politicienne avec un mégaphone levant un poing en l’air. Son geste paraît fort et combatif. Elle rit face au photographe, ouvertement, franchement, humainement. Quiconque la rencontre dans son travail quotidien de députée « verte » au Parlement européen constate vite que ce site correspond bien à Theresa « Terry » Reintke.

© European ParliamentPour rencontrer Terry Reintke au Parlement européen, il faut se soumettre à un contrôle de sécurité, comme dans un aéroport international. Après les attentats de mars 2016, les contrôles sont devenus plus stricts à Bruxelles. Son sentiment d’appartenance à Bruxelles a encore augmenté avec les attentats, dit Mme Reintke. La solidarité des habitants de Bruxelles et leur façon d’exprimer leur sentiment de deuil avec des manifestations silencieuses l’ont impressionnée. Terry Reintke se déclare être une Bruxelloise inconditionnelle au plus tard depuis ces attentats. Et elle comprend le caractère original de la capitale belge. Elle travaille au Parlement européen comme députée depuis mai 2014 où elle est actuellement la femme la plus jeune. Elle va bientôt avoir 30 ans. Seuls deux hommes ayant remplacé des députés sont plus jeunes qu’elle.

Une jeune femme au Parlement

Comment cette jeune femme se sent-elle au Parlement ? Après un après-midi passé à la commission des femmes, Terry Reintke mange une salade de pâtes au restaurant du Parlement. Son visage se tend à cette question. « L’obstacle que l’on doit surmonter pour être prise au sérieux dans les débats est plus élevé que pour les hommes quadragénaires ou quinquagénaires », dit-elle. La pression ressentie pour faire ses preuves quand elle travaille avec les membres les plus divers de la Commission européenne et du Conseil européen est forte. « Mais s’il me fallait acquérir un diplôme pour chaque sujet abordé avant que je ne parle, cela ne fonctionnerait pas. » Les erreurs font partie du quotidien. « Si quelque chose dérape, il faut se relever et continuer sa route », c’est la condition indispensable pour faire ce travail si diversifié.

Reintke est la porte-parole du groupe parlementaire des Verts en matière de politique des femmes et élabore les sujets d’égalité entre les sexes pour son groupe. Outre sa présence dans la commission des femmes, elle fait aussi partie de la commission de l’emploi et des affaires sociales ainsi que de celle du développement régional. Elle accorde une grande importance à des sujets comme la violence domestique ou les problèmes transgenres.

Etre européens ensemble

Originaire de Gelsenkirchen, dans le bassin de la Ruhr, Terry Reintke connait l’impact des mesures politiques dans une région. Elle est membre des Verts depuis 2004, qui sont, à ses yeux, bien plus qu’un « parti uniquement écologique ». De 2006 à 2011, elle a fait des études de sciences politiques à Berlin et à Edinburgh. Elle fut ensuite porte-parole des Jeunes Verts européens pendant deux ans. Elle parle couramment l’anglais, ce qui l’aide dans ce Parlement multiculturel où les formes que prend la politique sont si diversifiées, mais où l’on est « européens ensemble ». Alors que l’on spécule toujours plus sur la désintégration de l’Union européenne, Reintke considère l’UE comme « un modèle d’avenir sur la manière de répondre aux défis transnationaux du XXIe siècle ». Cela dépend beaucoup des jeunes, surtout en ce moment, dit-elle. « Nous devons relever nos manches et continuer à construire notre Europe. » Elle souhaite que plus de jeunes ressentent le même enthousiasme qu’elle pour l’Europe. Elle-même donne beaucoup pour cela. Lorsque des gens de son âge vont boire une bière le soir, Reintke étudie souvent ses dossiers pour le lendemain.

De longues journées de travail

Les députés au Parlement européen sont en séance 40 semaines par an, soit presque le double des séances au Bundestag allemand. Les journées de Terry Reintke au Parlement à Bruxelles, ainsi qu’à Strasbourg où elle se rend une fois par mois, sont longues. Les semaines où se réunissent les commissions, elle commence souvent sa journée à 8 heures du matin avec un « petit-déjeuner de rencontre ». Puis elle a rendez-vous sur rendez-vous, jusque dans la soirée. Avec son équipe, Reintke a récemment convenu d’avoir un week-end de libre une fois par mois. Cela signifie aussi savoir refuser lorsqu’une chaîne de télévision l’appelle pour participer à un talk-show. « Si nous voulons être des ‚gens normaux‘ qui remplissent un mandat, il faut réserver du temps pour la vie privée », dit-elle.

Nombre de photos de sa famille et de ses amis décorent les murs de son étroit bureau. Elle a accroché une feuille au-dessus de son bureau lui insufflant « Tu peux te dépasser ». Elle garde aussi le contact par l’intermédiaire de Twitter où plus de 6.600 personnes la suivent. Et plus encore sur son compte-Facebook. Là aussi, c’est un travail politique avec lequel elle touche surtout les jeunes. Elle pense néanmoins que « les hommes et les femmes politiques doivent faire beaucoup plus de porte-à-porte ». Ce qu’elle aime faire. Ce que Reintke aime le plus dans son travail, c’est de discuter avec les gens, même s’ils ne partagent pas son opinion. Elle descend aussi volontiers dans la rue pour créer « une société ouverte ».

© www.deutschland.de
 

par Sabine Buchwald

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour poster des commentaires