« La boussole claire de nos valeurs »

La ministre allemande des Affaires étrangères Baerbock esquisse les bases d’une grande Stratégie nationale de sécurité pour l’Allemagne.

Annalena Baerbock présente les grandes lignes d’une stratégie de sécurité.
Annalena Baerbock présente les grandes lignes d’une stratégie de sécurité. picture alliance/Flashpic

Annalena Baerbock considère comme déterminants pour cela « une attitude claire, une capacité d’agir renforcée et des instruments de politique étrangère et de sécurité perfectionnés ». Face à l’attaque de l’Ukraine par le président russe Vladimir Poutine, elle a mis en avant la responsabilité internationale de l’Allemagne lors de la première réunion sur l’élaboration de cette stratégie de sécurité.

Dans le contrat de coalition, les partis gouvernementaux que sont le SPD, les Verts et le FDP avaient déjà convenu fin 2021 : « Nous présenterons une grande stratégie de sécurité pendant la première année du nouveau gouvernement fédéral. » A l’époque, rares étaient ceux qui pouvaient imaginer ce qu’il se passe actuellement, a dit la ministre des Affaires étrangères Baerbock, évoquant la guerre en Ukraine. Les habitants de l’Allemagne ressentent eux aussi un besoin de sécurité inconnu depuis longtemps.

« Aucun pays ne saurait être neutre quand il est question de paix et de guerre »

La ministre s’engage fermement en faveur d’une « compréhension globale de la sécurité ». « La politique de sécurité est plus que du militaire et de la diplomatie », a dit Mme Baerbock. Pour elle, une attitude claire est à la base de cette stratégie de sécurité : « Aucun pays ne saurait être neutre, l’Allemagne non plus, quand il est question de paix et de guerre, du droit et de l’absence du droit ». Une « responsabilité particulière » naît de « la culpabilité allemande pour la guerre et le génocide ». D’où l’obligation « d’être aux côtés de ceux dont la vie, la liberté et les droits sont menacés. »

Selon la ministre, la capacité d’action de l’Allemagne et de ses partenaires est essentielle. Elle soulignait notamment l’unité au sein de l’Union européenne et de l’Otan dans ce contexte. Face à l’attaque de l’Ukraine par la Russie, elle insistait sur le fait que la dissuasion nucléaire de l’Otan doit rester « crédible ». Mais Mme Baerbock insistait : « notre objectif reste un monde sans armes nucléaires ».

« La politique climatique extérieure fait partie intégrante de la stratégie de sécurité »

La ministre des Affaires étrangères considère la crise climatique comme « une question actuelle de la politique de sécurité ». La politique climatique extérieure fait donc partie intégrante de la stratégie de sécurité. L’approvisionnement en énergie est également une question de sécurité. L’extension des énergies renouvelables est donc un investissement dans la sécurité et, par-là, dans la liberté.

Pour élaborer la Stratégie nationale de sécurité, Mme Baerbock a annoncé que le gouvernement aurait une approche « sereine et pragmatique » mais en s’orientant sur « la boussole claire de nos valeurs ». Et de souligner en pensant à la grande stratégie recherchée : « Les crises sont complexes et nos réponses doivent elles aussi être complexes. »

© www.deutschland.de