Un premier bilan de l’Allemagne au Conseil de sécurité

L’Allemagne est membre du Conseil de sécurité des Nations unies depuis un an – le ministère fédéral des Affaires étrangères établit un premier bilan.

La première séance du Conseil de sécurité avec l‘Allemagne
La première séance du Conseil de sécurité avec l‘Allemagne Jutrczenka/dpa

Que ce soit dans la lutte contre les violences sexuelles ou dans le domaine du désarmement, l’Allemagne a fait avancer des thèmes importants pendant sa première année au Conseil de sécurité des Nations unies. Pendant sa deuxième année, le désarmement, la prévention des crises et le maintien de l’ordre international seront au premier plan.

La résolution 2467 : agir ensemble contre les violences sexuelles

« Pendant notre première année au Conseil de sécurité, nous avons fait avancer des thèmes importants », estime le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas. Ainsi, la résolution 2467, présentée par l’Allemagne, a créé une base permettant de lutter contre les violences sexuelles lors des conflits et de faire rendre des comptes aux responsables. La résolution met pour la première fois les victimes et rescapées de violences sexuelles au premier plan, et prévoit l’accès à une action en justice dans leur pays et une garantie de moyens d’existence pour les victimes.

Le désarmement à nouveau à l’ordre du jour

« Avec la France, nous avons utilisé les mois de présidence pour inscrire aussi le climat et la sécurité, le contrôle des armements et le droit humanitaire international à l’agenda du Conseil de sécurité », poursuit M. Maas. Notamment le thème du désarmement joue un rôle important : une forte pression est mise dans le monde sur les accords de désarmement, de nouveaux systèmes d’armement, un réarmement global et une concurrence croissante entre les grandes puissances placent le monde devant de nouveaux défis. C’est pourquoi, en avril 2019, l’Allemagne, présidant alors le Conseil de sécurité, a pris l‘initiative de mettre à nouveau, après des années, le désarmement et le contrôle des armements à l’ordre du jour international.

« La politique étrangère allemande est une politique multilatérale »

M. Maas soulignait que tous ces thèmes ont un point commun : « La politique étrangère allemande est une politique multilatérale. Ce n’est qu’ensemble que nous pouvons relever les défis actuels : la mondialisation, la numérisation, le changement climatique, les migrations sont tous des sujets littéralement sans frontières. Des sujets qui demandent une réponse multilatérale, commune, sans frontières. » « Avec nos partenaires, nous voulons maintenir, développer et réformer notre ordre basé sur des règles », indique M. Maas – un objectif important pour l’Allemagne pendant sa seconde année au Conseil de sécurité.

Une approche préventive : prévenir les crises plutôt qu’y réagir

Le Conseil de sécurité doit en outre être bien plus un organe de prévention que de réaction aux crises : il s’agit de désamorcer les conflits avant qu’ils n’éclatent. « Nous misons donc l’année prochaine sur une approche préventive », dit M. Maas : le climat et la sécurité, le désarmement et le contrôle des armements, les droits humains et la sécurité ainsi que le droit humanitaire international doivent être abordés au Conseil de sécurité.

Les crises actuelles : la Libye, l’Iran, la Syrie

Naturellement, les crises actuelles joueront un rôle prépondérant l’année prochaine : le Conseil se penchera sur la situation en Libye, au Sahel, au Soudan, en Afghanistan, en Corée du Nord, en Syrie, en Iran et au Yémen. « Nous devons reconnaître que tous les blocages ne peuvent être résolus au Conseil de sécurité », déclare M. Maas, pensant par exemple à la Syrie. Mais il est clair que « nous œuvrerons à des solutions politiques au Conseil de sécurité et dans d’autres formats. »

2020 sous le signe du multilatéralisme

L’Allemagne assume pour la sixième fois une responsabilité particulière pour la paix et la sécurité dans le monde ainsi que pour un ordre mondial multilatéral en sa qualité de membre non-permanent du Conseil de sécurité. 2020 sera sous de nombreux aspects une année particulière pour le multilatéralisme : en juillet 2020, l’Allemagne aura simultanément la présidence du Conseil de sécurité et la présidence du Conseil de l’Union européenne. Le ministre allemand des Affaires étrangères Maas déclare : «  Cela est synonyme d’une responsabilité particulièrement éminente envers le système multilatéral, responsabilité que nous assumerons en ces deux lieux, Bruxelles et New York. Nous poursuivrons l’étroite coopération franco-allemande. » 

Source : Ministère fédéral des Affaires étrangères

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany?
Subscribe here: