Les coopératives en Allemagne

Il y a plus de 160 ans, deux hommes en Allemagne imaginèrent la coopérative, une forme d’économie sociale misant sur la communauté.

dpa/McPHOTOs - Cooperatives

« Quand on n’y arrive pas seul, on y arrive à plusieurs. » Fidèles à cette devise, plus de 20 millions de personnes sont membres d’une coopérative en Allemagne. Ils peuvent ainsi créer une entreprise qu’ils ne pourraient financer seuls ou participer activement par exemple à la transition énergétique avec l’une des 900 coopératives énergétiques.

Les associations coopératives sont partout présentes au quotidien. Si l’on réunit toutes les offres coopératives, une journée pourrait ressembler en Allemagne à ce qui suit : M. Müller se lève à 7 h du matin. Il met dans son café du lait provenant de l’une des 250 coopératives laitières allemandes, son pain a été pétri par l’un des 17.000 boulangers membres de la coopérative des boulangers-pâtissiers. M. Müller achète son beure et sa confiture dans un supermarché organisé en coopérative comme Rewe ou Edeka. Il quitte ensuite son appartement loué à l’une des 2000 coopératives locatives allemandes et prend un taxi de la coopérative des taxis ; pendant le trajet, il lit le quotidien « taz ». Ce journal est publié par des éditeurs organisés en coopérative. Après le travail, M. Müller va chercher de l’argent auprès d’une banque coopérative comme la Volksbank ou la Raiffeisenbank. Ces banques ne cherchent pas en premier lieu à accroître leurs profits : chaque client est membre de la coopérative et reçoit une partie des bénéfices sous forme de dividendes.

L’idée de la coopérative, un patrimoine culturel

Cette idée est l’œuvre de deux hommes qui, au milieu du XIXe siècle, fondèrent indépendamment l’un de l’autre des coopératives de crédit : Franz Hermann Schulze-Delitzsch et Friedrich Wilhelm Raiffeisen. Ils accordaient des microcrédits aux paysans à des conditions avantageuses, apportant ainsi une « aide à l’auto-assistance » à une époque où les dysfonctionnements sociaux s’accroissaient à la suite de l’industrialisation et de l’exode rural.

L’idée de la coopérative inventée par Schulze-Delitzsch et Raiffeisen a été inscrite en décembre 2014 au patrimoine culturel immatériel allemand. En 2016, l‘UNESCO décidera de son inscription ou non dans la liste internationale du patrimoine culturel immatériel. Le premier samedi du mois de juillet marque depuis 1923 la Journée internationale de la coopérative ; en 2015, ce sera le 4 juillet. Cette journée rappelle l’idée de la coopérative et ces valeurs que sont la solidarité, l’égalité des chances et l’efficacité économique.

Journée internationale de la coopérative le 4 juillet 2015

www.genossenschaften.de

www.raiffeisen-gesellschaft.de

© www.deutschland.de