Hambourg – la ville accueille le sommet

Tournée vers l’avenir, toujours en mouvement : le monde se retrouve à Hambourg pour le sommet du G20.

À Hambourg, tout bouge. Parce que la ville vit et change, parce qu’elle est ouverte aux nouveautés et que l’internationalité y fait partie du quotidien. Et, bien sûr, parce que tous les chemins mènent au bord de l’eau – ou empruntent l’un des 2500 ponts. Les voiliers sur l’Aussenalster, les pétroliers et les bateaux de croisière sur l’Elbe : Hambourg et l’eau ne font qu’un. Si l’on veut prendre le pouls de la ville, il faut se rendre au port. Le vent décoiffe, les nuages flottent bas au-dessus de l’Elbe qui s’écoule de toute sa largeur vers la mer du Nord. Ici, on sent la mer, le lointain, le monde auquel cette fière ville de négoce est reliée depuis toujours.

À droite, le regard porte sur les jetées de 
St. Pauli. La Reeperbahn, un quartier naguère mal famé, aujourd’hui culte avec des scènes accueillant des comédies musicales, quelques énergumènes et plus de touristes que de marins, n’est plus très loin. Sur l’autre rive de l’Elbe, des rangées entières d’immenses grues s’étirent dans le ciel, les témoins voyants du sens des affaires hambourgeois. Et à gauche, oui, à gauche, le soleil brille sur une écume de verre, d’acier et de béton qui semble gigantesque. Elle s’élance, blanche et bleue, hardiment au-dessus d’un ancien entrepôt en briques. C’est l’Elbphilharmonie.

Cette salle de concert inaugurée début 2017, à l’acoustique parfaite, est si spectaculaire qu’elle ne s’accorde guère au cliché décrivant des Hambourgeois réputés réservés. Ils ont vite adopté 
« l’Elphi » et oublié le coût et le retard de plusieurs années de la construction. Tout visiteur se rend à l’Elbphilharmonie, le nouveau symbole de Hambourg. Il faut faire la queue pour la voir de l’intérieur. Le plus beau trajet pour s’y rendre passe par la Speicherstadt, classée au patrimoine mondial. Cet ensemble en briques, aux pignons pointus, était naguère le plus grand complexe d‘entrepôts au monde. Aujourd’hui, des négociants en tapis et des créatifs y travaillent porte à porte. Demain n’est qu’à quelques pas de là, dans la HafenCity avec ses façades en verre. Les chantiers de ce nouveau quartier devraient être achevés en 2030. Peut-être. Néanmoins, même après la fin des travaux, la deuxième ville d’Allemagne restera en mouvement. //