Angela Merkel au sommet américain sur le climat

Le président américain Joe Biden invite ce jeudi et ce vendredi 40 chefs d'État et de gouvernement à un sommet virtuel sur le climat. 

Live-Ticker
dpa

Berlin (dpa) – Joe Biden, le nouveau président des États-Unis, invitant 40 chefs d'État et de gouvernement à un sommet virtuel sur le climat ce jeudi et ce vendredi. C'est tout un symbole. Après les longues années de présidence de Donald Trump, qui avait écarté la protection du climat au motif que celle-ci serait superflue, les États-Unis reviennent à la table des négociations. Angela Merkel, la chancelière allemande, participera également à la discussion en ligne. Son discours est prévu pour jeudi après-midi. À la Chancellerie, ce sommet est accueilli avec réjouissance et soulagement. Le nouveau président américain, contrairement à son prédécesseur républicain, veut s'engager dans la lutte contre le réchauffement climatique.
Selon la Chancellerie, l'Allemagne attend avec impatience la « nouvelle contribution nationale » des États-Unis : des engagements concrets en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030. La Chine, qui a déclaré vouloir atteindre la neutralité carbone d'ici à 2060, fait également l'objet d'une attention particulière. Maître-mot du sommet : objectifs à court terme. Plus d'efforts sont nécessaires au niveau mondial d'ici à 2030 pour pouvoir freiner le réchauffement climatique bien en deçà de deux degrés, conformément à l'Accord de Paris sur le climat, signé en 2015. L'Allemagne est elle-même guidée par l'objectif climatique que s'est fixée l'UE, au terme de négociations qui se sont achevées mercredi soir à Bruxelles : d'ici à 2030, les émissions de gaz à effet de serre devront diminuer d'au moins 55 pour cent par rapport à 1990.
Source : dpa, traduction : deutschland.de