M. Scholz s’attend à un long refroidissement des relations entre Berlin et Moscou

Dans une déclaration gouvernementale, le chancelier fédéral Olaf Scholz a décrit sans fard les conséquences à long terme de la guerre d’agression de Poutine.

Olaf Scholz
picture alliance/dpa

Berlin/Kiev (dpa) – Selon le chancelier fédéral Olaf Scholz, l’Allemagne et la Russie auront pour longtemps des chemins politiques divergents en raison de l’attaque de l’Ukraine par la Russie. Un partenariat avec une Russie agressive et impérialiste dirigée par la président Vladimir Poutine est inenvisageable dans un proche avenir, a déclaré ce membre du SPD mercredi dans une déclaration gouvernementale au Bundestag sur le prochain sommet de l’Union européenne, de l’Otan et du G7 réunissant des démocraties économiquement puissantes.

Le chancelier mettait parallèlement en garde contre des conclusions erronées. « Il serait malavisé que nous dénoncions l’Acte fondateur sur les relations entre l’Otan et la Russie », a-t-il dit. Cela ferait le jeu de Poutine et de sa propagande. L’Acte fondateur réaffirme les principes que Poutine transgresse de manière éclatante : le renoncement à la violence, le respect des frontières, la souveraineté des pays indépendants. On devrait sans cesse le rappeler à Poutine.

M. Scholz soutient l’idée d’un plan Marshall pour reconstruire l’Ukraine détruite par la guerre. Les impressions qu’il a retirées de sa visite en Ukraine la semaine dernière lui ont rappelé les images des villes allemandes après la Seconde Guerre mondiale. « Et, comme l’Europe détruite par la guerre à l’époque, l’Ukraine a elle aussi besoin d’un plan Marshall pour sa reconstruction », a dit M. Scholz. Dans le cadre de la présidence allemande du G7, il veut organiser une conférence internationale d’experts pour organiser l’aide. Les Etats-Unis avaient financé la reconstruction de l’Allemagne et d’autres pays européens entre 1948 et 1952 avec un plan Marshall à hauteur de plusieurs milliards de dollars.

Source : dpa, traduction : deutschland.de