Mme Merkel : sans la terreur nazie, pas de fuite ni d’expulsion

La chancelière Angela Merkel renvoie au point de départ de l’iniquité lors de l’inauguration du nouveau Centre de documentation sur la fuite, l’expulsion et la réconciliation à Berlin.

Merkel: Ohne Nazi-Terror keine Flucht und Vertreibung
dpa

Berlin (dpa) – Lors de l’inauguration du Centre de documentation sur la fuite, l’expulsion et la réconciliation, contesté, la chancelière Angela Merkel a rappelé les causes des millions de destins subis. « Sans la terreur pratiquée en Europe et dans le monde par l’Allemagne pendant le nazisme, sans la rupture civilisationnelle de la Shoah provoquée par l’Allemagne pendant le nazisme et sans la Seconde Guerre mondiale déchaînée par l’Allemagne, des millions d’Allemands n’auraient pas dû fuir ni souffrir d’expulsion et de déplacement forcé, a déclaré la responsable politique le lundi 21 juin à Berlin.
Le centre « comble une lacune dans l’analyse historique. On a longtemps et intensément débattu de ce centre e Allemagne et avec nos partenaires en Europe », a dit la chancelière Merkel qui participait à la cérémonie en visio. Elle se réjouit d’autant plus de la venue des ambassadeurs de Pologne, de Tchéquie et de Hongrie. On a débattu, parfois âprement, pendant des années sur l’importance à donner au sort des expulsés allemands. La Pologne, surtout, craignait que les Allemands puissent se présenter comme des victimes et détourner l’attention de leur culpabilité pendant la période nazie.
« Pour construire un bel avenir, nous devons garder vivant le souvenir des souffrances passées », a dit Mme Merkel. Pour cela, il est « déterminant que l’expulsion des Allemands soit replacée dans son contexte historique des causes et des conséquences et ne soit pas présentée de manière isolée ». Le centre se conçoit comme faisant partie du paysage mémoriel. Les premiers visiteurs sont attendus le mercredi 23 juin.
Source : dpa, traduction : deutschland.de