5 astuces pour apprendre l’allemand

Savoir-faire : apprendre une langue étrangère peut être un vrai plaisir. Il existe de nombreuses astuces pour faire rapidement des progrès – même sans potasser stupidement.

Daniel Ernst/fotolia - Language

Allemagne. L’allemand n’est pas très facile à apprendre : le genre grammatical, le pluriel, la déclinaison font parfois presque désespérer les étudiants. Pourtant de nombreux mots allemands sont si amusants à entendre que parfois on ne se lasse pas de les écouter. Prenons l’exemple de Paul. La langue de ses ancêtres amuse beaucoup l’Australien : « ein Schlauberger, a clever mountain? (une montagne maline) comme c’est bizarre ! » pense-t-il. Auparavant, il n’avait pas très envie d’apprendre des langues étrangères. Ce n’est que lorsque, dans l’Outback australien, il a rencontré Silvia venant d’Allemagne qu’il a commencé à s’intéresser au datif. Depuis lors, il absorbe comme une éponge des mots allemands tels que Schmetterling, Schabernack et Schnürsenkel. L’amour motive. 

En plus de l’amour, il y a de nombreuses astuces grâce auxquelles apprendre l’allemand n’est pas seulement un plaisir mais est aussi plus facile. Cinq alternatives pour apprendre le vocabulaire.

Motivation

La motivation est déterminante pour apprend des langues étrangères. C’est aussi ce dont est persuadée Britta Hufeisen, responsable du centre de langue à l’université technique de Darmstadt. Selon elle, il n’y a pas de talent spécial pour apprendre des langues étrangères. Le cerveau de toutes les personnes en bonne santé est conçu pour plusieurs langues. Il suffit de le vouloir vraiment.

Au feeling !

La volonté est aussi importante que le feeling. En association avec des émotions, le vocabulaire s’ancre plus facilement dans la mémoire à long terme. C’est ce qu’a prouvé, en résumé, le neuroscientifique et prix Nobel Eric Kandel avec sa recherche sur les escargots de mer. Des émissions électriques agrandissaient leurs cellules du cerveau. La déduction est donc que si l’on ressent quelque chose en apprenant, on favorise dans le cerveau la formation de nouveaux synapses - ce sont les liaisons qui permettent d’augmenter constamment la structure du cerveau comme un réseau social. Alors, en route pour la fête de la bière et ressentir sur la grande roue ce que signifie «hoch, höher, am höchsten » (toujours plus haut). 

Excursions virtuelles

S’il est actuellement impossible de faire un voyage, on peut au moins s’inspirer du proverbe « Vorfreude ist die schönste Freude » (se réjouir à l’avance est le plus grand bonheur). Les agences de voyage invitent sur leurs sites web à faire des excursions virtuelles en Forêt noire ou au lac de Constance. Il n’y a guère de meilleur moyen pour apprendre les expressions « in Erfahrung bringen » (découvrir) et « einen Entschluss fassen » (prendre une décision).

Musique

Tout aussi positif est l’effet de la musique. Cela vaut la peine d’essayer d’apprendre les verbes irréguliers en écoutant du Mozart. Peut-être que les adjectifs « unzertrennlich » (inséparable)  et « unsterblich » (immortel) s’ancrent définitivement dans la mémoire en les entendant chantés par Helene Fischer et si l’on danse en écoutant son tube « Atemlos » (à bout de souffle). 

Mouvement

Le mouvement en général : même plier les genoux essouffle et le cœur recharge en oxygène jusqu’à la racine des cheveux. Si, en même temps, on apprend le nom des différentes parties du corps on se souviendra le lendemain du vocabulaire appris, au moins des mots « Wade » (mollet) et « Oberschenkel » (cuisse) 

150e anniversaire d’Emil Krebs

© www.deutschland.de