L’actrice Hanna Schygulla évoque son passé

À l’occasion de son 70ème anniversaire l’actrice Hanna Schygulla se remémore sa carrière : elle a été la muse de Fassbinder et a travaillé avec les plus grands cinéastes.

picture-alliance/dpa-Zentralbild - Hanna  Schygulla
picture-alliance/dpa-Zentralbild - Hanna Schygulla picture-alliance/dpa-Zentralbild - Hanna Schygulla

Les noms de Hanna Schygulla et de Rainer Werner Fassbinder sont indissociables. Dans les années 70 et 80 du XXe siècle, l’actrice a été l’anti-star féminine du plus célèbre cinéaste allemand, visage emblématique du nouveau cinéma allemand. Son interprétation exceptionnelle dans le rôle de Maria Braun lui a valu un succès mondial. Elle a également incarné Effi Briest et Lilli Marleen. L’écrivain Georg Stefan Troller a décrit Hanna Schygulla comme débordant de féminité et de douceur tout en étant bien au-dessus des choses - narcisse dépourvu de vanité. Après le décès prématuré de Fassbinder en 1982, elle a longtemps travaillé pour des réalisateurs tels que Jean-Luc Godard, Marco Ferreri, Ettore Scola, Andrzej Wajda, Alexandre Sokourov et Fatih Akin et est devenue une vedette exceptionnelle du cinéma européen. En 1983 elle a obtenu le Prix d’interprétation féminine du Festival de Cannes pour son rôle dans l’« Histoire de Piera » de Marco Ferreri.    

Dans son autobiographie « Wach auf und träume » (réveille-toi et rêve), que l’actrice a publiée fin 2013 à l’occasion de son 70ème anniversaire, elle se souvient de l’époque avec Fassbinder et évoque sa vie dans trois patries : la Pologne, l’Allemagne et la France où elle vit actuellement à Paris. Née à Königshütte, aujourd’hui Chorzów en Haute-Silésie, elle s’était réfugiée avec sa mère à Munich et avait grandi en tant qu’enfant du miracle économique. À 20 ans, elle a rencontré Fassbinder dont elle dit qu’il a marqué profondément sa carrière artistique. Toutefois, l’étroite collaboration créative s’est terminée près de 20 ans plus tard sur une dispute. Après s’être séparée de Fassbinder, Hanna Schygulla s’est installée à Paris où elle avait pris des cours de langue dans sa jeunesse. Elle y a vécu et travaillé, puis a décidé de mettre un frein à sa carrière pendant quelques années, lorsque ses parents  âgés sont devenus dépendants. Dans son autobiographie, Hanna Schygulla aborde également ce sujet, lorsque la l’actrice laisse la place à la femme.

Présentation de « Hanna Schygulla –Traumprotokolle » à l’Académie des arts de Berlin du 1er février au 30 mars 2014 

www.adk.de

© www.deutschland.de