Par-delà les frontières culturelles

Le Secrétaire général de la Commission allemande de l‘UNESCO explique comment le concept de patrimoine mondial sert l’entente et la paix.

La cathédrale de Cologne fait partie du patrimoine mondial
La cathédrale de Cologne fait partie du patrimoine mondial sborisov/stock.adobe.com

Les 44 sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en Allemagne sont un échantillon représentatif de l’histoire allemande. Pour Roland Bernecker, Secrétaire général de la Commission allemande de l‘UNESCO, le patrimoine culturel mondial a une dimension encore plus importante.

Quels critères doit remplir un édifice ou un lieu pour devenir un site du patrimoine mondial de l’UNESCO ?

La première condition est que l’Etat qui en fait la proposition ait signé la Convention de l’UNESCO sur le patrimoine mondial. Le concept de patrimoine mondial se fonde sur un accord international synonyme de forts engagements politiques. A côté des dix catégories pour les sites culturels et naturels, l’un des critères fondamentaux pour tous les sites du patrimoine mondial est qu’ils doivent être d’une valeur universelle exceptionnelle.

Que signifie cette dénomination pour le pays ?

Les sites sont déclarés appartenir au patrimoine mondial et jouissent d’une forte attention dans le monde entier. La fierté nationale de posséder un patrimoine culturel mondial est partagée avec le reste du monde. Cela contribue à la compréhension par-delà les frontières culturelles.

L’Allemagne est présente avec de nombreux sites sur la liste de l’UNESCO. Quels sites pourraient venir s’y ajouter ?

Nous ferons trois propositions lors des concertations du comité du patrimoine mondial en 2019. Deux d’entre elles sont des projets de coopération internationaux : la  « Région minière de l’Erzgebirge » avec la République tchèque et les « Frontières de l’empire romain » avec l’Autriche. Le « Système de gestion de l’eau d’Augsbourg » est également à l’ordre du jour.

Les sites du patrimoine mondial servent à l’entente par-delà les frontières culturelles.

Roland Bernecker, Secrétaire général de la Commission allemande de l’UNESCO

Comment voyez-vous l’avenir ?

Nous vivons à une époque où la volonté de coopération multilatérale baisse. Le patrimoine mondial de l’UNESCO montre à merveille que la coopération de plus de 190 pays au Forum des Nations unies parvient à quelque chose qu’un pays seul ne peut créer : des concepts solides pour un développement pacifique et durable.

 

 

Interview: Sabine Buchwald

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany?
Subscribe here: