Tous ensemble pour relancer l’Europe

L’Allemagne a pris la présidence du Conseil de l'Union européenne pour six mois - ce n'est pas une tâche facile lors de la pandémie de Covid-19.

La chancelière Angela Merkel.
La chancelière Angela Merkel. picture alliance/dpa

Docteur en physique, Angela Merkel sait bien que de petites choses peuvent libérer de grandes forces. Et pourtant, elle partage avec les habitants de la planète son étonnement sur la violence avec ­laquelle le coronavirus frappe les sociétés et les économies. « Un virus de 140 nanomètres de diamètre a un impact sur le monde entier », a déclaré la chancelière fin mai dans une allocution lors d’une invitation de la Fondation Konrad-Adenauer à Berlin. Tout comme il remet en cause nombre de prétendues certitudes, le virus a également imposé une nouvelle orientation à la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. Le 1er juillet, l’Allemagne a pris la présidence du Conseil pour six mois. C’est l’opportunité de renforcer encore l’Europe et de mettre en avant des thèmes importants.

L’Europe peut sortir de cette crise plus forte qu'elle n’y est entrée.

Angela Merkel, chancelière

Les efforts communs pour surmonter la crise sont inévitablement au cœur de la présidence du Conseil de l’Union européenne. Cela représente aussi une chance, estime Angela Merkel. « Une chose est déjà claire pour moi : l’Europe peut sortir de cette crise plus forte qu’elle n’y est entrée. Pour que nous soyons à la hauteur de cette exigence, j’ai un leitmotiv, à savoir celui de la cohésion européenne et de la solidarité européenne. » Outre la lutte contre l’impact de la pandémie, il ne faut pas perdre de vue les thèmes globaux concernant l’avenir que l’Allemagne voulait de toute façon mettre en avant pendant sa présidence de l’UE. D’autant plus qu’ils sont étroitement liés à la pandémie: la protection du climat et l’économie durable en font partie, tout comme la numérisation et le rôle de l’Europe dans le monde.

Je souhaite que l’Union européenne fasse également preuve d’une solidarité globale

Angela Merkel, chancelière

Ce regard portant au-delà de notre région marquera en outre la présidence du Conseil de l’Union européenne – même si la préservation de la cohésion européenne et la reconstruction économique de l’Europe doivent se faire conjointement. « Je souhaite que l’Union européenne fasse également preuve d’une solidarité globale et assume plus de responsabilités, dit Mme Merkel. La pandémie provoquera en maints endroits une aggravation des conflits et des problèmes existants, devenant ainsi une épreuve pour la capacité d’action de l’Union européenne en matière de politique étrangère et de sécurité. » L’UE doit d’autant plus défendre ses valeurs dans le monde, des valeurs telles que la démocratie, la liberté et la protection de la dignité humaine.

Le trio présidentiel du Conseil de l'UE avec le Portugal et la Slovénie

Sur le plan concret, les relations de l’Union européenne avec la Chine joueront par exemple un rôle important pendant la présidence du Conseil de l’UE, une présidence que l’Allemagne a étroitement liée, sous forme de « présidence triangulaire », à ses deux successeurs que seront le Portugal et la Slovénie. Le partenariat avec l’Afrique doit également être approfondi. Des sommets sont prévus tant avec la Chine qu’avec l’Union africaine. Quand et sous quelle forme ils se dérouleront, cela dépendra entre autres d’un virus de 140 nanomètres. Mais il ne parviendra pas à empêcher les échanges.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: