« C’est bien d’être entendu »

La stratégie de sécurité nationale : Fabio Flügel raconte comment des citoyens et des citoyennes en Allemagne sont impliqués dans son élaboration.

Fabio Flügel, participant à la stratégie de sécurité nationale.
Fabio Flügel, participant à la stratégie de sécurité nationale. privat

L’Allemagne se dote pour la première fois d’une stratégie de sécurité nationale. Elle doit refléter un large consensus social et être élaborée avec la participation de citoyens et d’experts. En juillet, la ministre des Affaire étrangères Annalena Baerbock s’est rendue à quelques-uns des sept « Town Hall Meetings » dans toute l’Allemagne. Fabio Flügel rend compte de la réunion à Hof en Bavière et de l’« Open Situation Room » à Berlin qui y a fait suite :

« J’ai lu dans notre journal local une information sur le Town Hall Meeting avec la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock. Je m’intéresse depuis longtemps aux questions de politique de sécurité nationale et internationale et je me suis tout simplement inscrit. J’ai pensé que je pouvais peut-être apporter une contribution à la stratégie en matière de sécurité et j’ai eu la chance d’être invité à Hof. Les deux thèmes du meeting portaient sur la cybersécurité ainsi que sur la fuite et la migration.

Nous nous sommes répartis en deux groupes, au hasard, et chacun a travaillé sur l’un des thèmes. J’étais dans le groupe « cybersécurité » qui était très ouvert. Les participants ont discuté librement des aspects sur lesquels ils avaient des hésitations ou des craintes et des dangers qu’ils voyaient. Il s’est souvent avéré que les étapes pour résoudre des problèmes en créaient de nouveaux. Pour nous, il était très important de mettre en relief la manière dont les réactions de l’Etat aux crises affectent les citoyens ordinaires.

La ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock en entretien après le débat officiel.
La ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock en entretien après le débat officiel.
Ifok

Pour finir, nous avons eu un grand débat avec des questions et des discussions avec la ministre Annalena Baerbock. Tout le monde a eu la possibilité de poser des questions à la ministre ou de faire part de suggestions ou de réflexions et nous avons bien sûr profité de cette occasion. Cela m’a beaucoup plu. Nombre de nous, les Allemands, savons nous plaindre, moi y compris, mais nous hésitons beaucoup plus lorsqu’il s’agit de passer à l’action. Mais quiconque a la possibilité d’apporter une participation devrait le faire. Je suis très heureux d’avoir agi. Ce qui fait notre démocratie c’est de pouvoir dire des choses qui ne plaisent pas à tout le monde et qui peuvent choquer. Mais une déclaration ou une idée peuvent avoir un effet et peut-être qu’il en restera un souvenir ; il est possible qu’un aspect soit important. En tout cas, cela m’a permis d’apporter ma pierre à l’édifice, de participer activement à une tâche aussi déterminante que la stratégie de sécurité nationale.

Lors du Town Hall Meeting, j’ai eu à tout moment le sentiment que l’on traitait de ce sujet. Nous avons été écoutés avec attention. J’ai trouvé que c’était très important car beaucoup de gens croient que les politiciens, lorsqu’ils sont présents, ne tiennent comptent que de leur propre intérêt. Mais ici, il ne s’agissait pas d’autopromotion ou de campagne électorale – cela m’a agréablement surpris. Je participerais à nouveau sans hésiter. Le thème était au centre de l’intérêt et il y avait une réelle intention d’écouter l’avis des citoyens. C’est bien d’être entendu. »

 


Fabio Flügel, 29 ans, est marié et père d’une fille. Il fait partie de la Bundeswehr.

© www.deutschland.de 

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: