Un assassinat bouleverse l’Allemagne

Un homme politique, Walter Lübcke, a été assassiné par balle. Les enquêteurs supposent un motif d’extrême-droite. Les faits les plus importants et les réactions.

Funérailles de Walter Lübcke
Funérailles de Walter Lübcke dpa

Les faits

Membre de la CDU, Walter Lübcke a été trouvé dans la nuit du 2 juin blessé par balle à la tête sur la terrasse de sa maison près de Kassel, dans le Land de la Hesse, décédant un peu plus tard. M. Lübcke était  président du district administratif de Kassel. Dans certains Länder, ce poste est celui de directeur d’une administration de Land qui fait office d’interface entre les ministres et les communes.

Qu’est-ce qui fait supposer que c’est un meurtre politique ?

La police a d’abord supposé que l’assassin se trouvait dans l’entourage de cet homme politique de 65 ans. Puis elle s’intéressa à d’éventuels motifs politiques. Soutenant la politique d’asile allemande et les droits des réfugiés, M. Lübke s’était fait des ennemis chez les extrémistes de droite.

Que sait-on du suspect ?

Le 15 juin, l’extrémiste de droite supposé Stephan E. a été placé en détention provisoire. Il a déjà été plusieurs fois condamné. Le procureur fédéral estime que le meurtre est un attentat politique sur fond d’extréme-droite, se basant sur la biographie du suspect et ses prises de position publiques. Stephan Ernst a avoué le meurtre de Walter Lübcke. Le suspect a « déclaré avoir agi seul », a annoncé mercredi 26 juin le ministre de l’intérieur, Horst Seehofer, à l’issue d’une réunion à huis clos au Bundestag consacrée à cette affaire.

Pourquoi le procureur fédéral a-t-il été saisi ?

Le fait que l’autorité enquêtrice la plus élevée d’Allemagne se soit emparée du cas montre combien la justice le prend au sérieux. Le procureur fédéral poursuit les actes commis par les associations terroristes. Il peut enquêter sur des suspects quand il estime que le cas a « une signification particulière ».

Un réseau terroriste est-il derrière le meurtre de M. Lübcke ?

Le procureur fédéral n’a pas à ce jour d’indices sur une association terroriste derrière le meurtre. Mais, selon les médias, le procureur examine des indices sur d’autres auteurs du crime. La maire de Cologne, Henriette Reker, le maire d’Altena et d’autres responsables politiques ont également reçu des menaces de mort. On ne sait pas actuellement s’il y a un rapport avec le meurtre de M. Lübcke.

Quelles ont été les réactions ?

Le président fédéral Frank-Walter Steinmeier a déclaré : « La seule éventualité que, dans ce pays avec son histoire, quelqu’un qui travaillait pour la démocratie ait été exécuté avec un meurtre politique, probablement commis par un extrémiste de droite convaincu, et que certains applaudissent même sur la Toile, tout cela est terrible et insupportable. »

La chancelière Angela Merkel a annoncé une lutte « sans tabous » contre les néonazis violents.

Le ministre de l‘Intérieur Horst Seehofer veut renforcer sensiblement les mesures contre l’extrémisme de droite et « donner plus de mordant à l’Etat de droit ». Il veut également examiner si on peut priver les ennemis de la démocratie de leurs droits fondamentaux.

Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas a évoqué « une tragédie pour notre démocratie » si le soupçon d’un arrière-plan extrémiste de droite se confirme. M. Maas appelait à protester. « Montrons que nous sommes plus nombreux que les extrémistes de droite, les antisémites, les partisans de la division. »

Trois semaines après l’assassinat de M. Lübke, quelque 2.000 personnes ont manifesté contre l‘extrémisme de droite et la violence à Kassel. Il y a également eu des protestations à Berlin et dans d’autres villes. Plusieurs centaines de personnes ont participé à une commémoration silencieuse dans la ville natale de M. Lübcke, Wolfhagen.

Manifestation contre la violence de l’extrême-droite à Kassel
Manifestation contre la violence de l’extrême-droite à Kassel dpa

© www.deutschland.de, avec des informations de dpa et de DW

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: