Le regard tourné vers Wittenberg

Il y a 500 ans, Martin Luther amorce la Réforme dans la ville au bord de l’Elbe. 

Visionnaire : le message de Martin Luther est parti de Wittenberg et a fait le tour de la planète.
Le message de Martin Luther a fait le tour de la planète. dpa

Il est vain, bien sûr, de se demander comment Martin Luther verrait aujourd’hui « son » Wittenberg. On peut supposer qu’il serait ravi de s’y promener. En tant que réformateur, il appréciait le changement, le progrès, une pensée nouvelle. Et bien des choses bougent aujourd’hui, en 2017, à Wittenberg, cette ville de taille moyenne située dans la partie orientale de la Saxe-Anhalt.

Cette ville ancienne au bord de l’Elbe est le point de chute de tous ceux qui, en ce 500e anniversaire de la Réforme, souhaitent partir sur les traces de Martin Luther. Il y a étudié et enseigné la théologie. Il y a vécu avec sa femme Katharina von Bora et ses six enfants. Et c’est ici que le réformateur publia le 31 octobre 1517 ses 95 thèses sur le commerce des indulgences de l’Église. Les croyants du monde entier viennent aujourd’hui à Wittenberg, la ville de Luther, pour lui rendre hommage, en apprendre plus sur l’homme et pour célébrer la Réforme. Apprendre et célébrer, deux choses qu’aimait Luther et qui créent l’atmosphère de cette année particulière à Wittenberg. On découvre matière à réflexion dès l’entrée dans la ville : des bateaux en bois tressé flottent sur le lac Schwanenteich, réalisés par des réfugiés et des étudiants de l’I.U.T. de Salzbourg, en souvenir des personnes décédées en Méditerranée, symbolisant l’espoir et l’échec. Certains de ces bateaux filigranes ont déjà coulé, d’autres connaissent une deuxième vie, sous forme de masques réalisés par un artiste. « Cela transporte les problèmes du monde dans notre univers paisible », dit le maire de Wittenberg, Torsten Zugehör.

L’une des plus grandes transformations de l’histoire mondiale a commencé ici, à Wittenberg.

Frank-Walter Steinmeier

Cette installation fait partie de la « Welt­ausstellung Reformation » (Exposition mondiale sur la Réforme). Six autres Portes de la liberté se trouvent au pied des remparts de la vieille ville de Wittenberg. Elles sont consacrées à des sujets comme la spiritualité, la jeunesse, la justice ou la mondialisation. À la porte consacrée à la culture, des stèles à la surface réfléchissante s’élèvent dans le ciel. Elles marquent un point de rendez-vous pour les échanges et les discussions, ce qui va tout à fait dans le sens de Luther, un homme convivial aimant les débats.

Lors de la Journée de l’Église évangélique en mai, on a constaté que Wittenberg était toujours un lieu de rassemblement, même 500 ans après l’action du réformateur. Des dizaines de milliers de croyants assistèrent à la cérémonie de conclure sur les bords de l’Elbe. Nombreux étaient ceux qui, surtout jeunes, s’y étaient retrouvés des heures auparavant, armés de plaids et de parasols, se réunissant autour d’une immense croix blanche et d’une scène circulaire. Cette rencontre rappelait moins un service religieux qu’une grande fête estivale. Le président fédéral Frank-Walter Steinmeier était présent. « Il y a un demi-millénaire, l’une des plus grandes transformations de l’histoire mondiale a commencé ici, à Wittenberg. Son impact est toujours sensible aujourd’hui », dit M. Steinmeier.

Le 31 octobre 2017 attirera à nouveau les foules à Wittenberg. Elles célèbreront le 500e anniversaire de la Réforme avec une cérémonie et un service religieux. Le rendez-vous aura lieu cette fois dans la vieille ville, à l’église du château sur les portes de laquelle Luther aurait cloué ses thèses. Le réformateur a été inhumé sous la chaire de l’église après son décès en 1546. Quiconque par­ticipera à la cérémonie se sentira donc proche de lui. Cela aussi aurait plu à Luther : il y aura une retransmission en public sur écran géant pour tous ceux qui n’auront pas réussi à trouver une place dans l’église. 

© www.deutschland.de