Les mathématiques de la soirée électorale

Comment mes deux croix sur le bulletin de vote mènent-elles au résultat des élections au Bundestag ? Dieter Sarreither nous l’explique. 

Elections au Bundestag 2017 : Dieter Sarreither est le président de l’Office fédéral des statistiques et le responsable des opérations électorales.
Dieter Sarreither, responsable des opérations électorales dpa

Allemagne. Quels sentiments j’associe avec la soirée électorale du 24 septembre 2017 ? Entre autres une grande tension, naturellement. En tant que responsable des opérations électorales, je suis chargé d’organiser les élections 2017 au Bundestag. Ce jour-là, nous n’avons qu’une opportunité de bien faire. Mais nous préparons naturellement tout depuis des semaines pour que tout se passe bien et que je puisse donner le résultat provisoire des élections en fin de soirée. C’est ce qui importe et c’est ce qu’attendent les citoyens et les médias. Quelque 200 collaborateurs sont présents pour cela dans deux centres de calcul à Wiesbaden et à Berlin. 

 

Ces dernières semaines, nous avons simulé les élections au Bundestag avec des chiffres fictifs. Je ne peux naturellement pas encore vous dire qui l’emportera. 

Dieter Sarreither, responsable des opérations électorales

J’ai fait des études de mathématiques mais il n’est pas besoin de mathématiques supérieures pour calculer le résultat le jour des élections. Il suffit d’ajouter, de soustraire, de multiplier et de diviser. Ce qui complique peut-être les choses, ce sont les règles sur ce qui doit être multiplié et divisé, sur le moment où il faut prendre le minimum et celui où il faut prendre le maximum. Nous avons installé l’algorithme prévu par la loi dans un logiciel électoral et ferons parallèlement nos propres calculs pendant la soirée électorale. Nous devons être certains que les résultats reflètent correctement notre système électoral. Pour cela, nous avons simulé avec exactitude les élections au Bundestag avec des chiffres fictifs ces dernières semaines – avec les mandats compensatoires, la répartition des sièges et les participations électorales correspondantes. Je ne peux naturellement pas encore vous dire qui l’emportera. Nous n’avons pas de calculs visionnaires. Tout est possible.  

Quand on a décompté les circonscriptions électorales dans la soirée, une chaîne à la structure précise se met en branle : les collèges de scrutateurs dans les circonscriptions transmettent leurs résultats aux directions cantonales des élections qui informent à leur tour les directeurs des élections du Land, puis je reçois fialement les résultats de 299 circonscriptions décomptées.

Les informations sont transmises soit par téléphone soit par des réseaux sécurisés de la Fédération, elles sont donc à l’abri du piratage. Puis le moment le plus intéressant arrive, celui de la répartition des sièges. Avec les premières voix, on sait assez tôt quel député a été élu directement dans quelle circonscription. Mais ce sont les deuxièmes voix qui sont décisives. Elles déterminent  le rapport entre les voix et le pourcentage de sièges au Bundestag remportés par un parti. Lorsque tous les chiffres sont connus, nous pouvons dire quel parti a gagné combien des place avec quelle liste de Lande et quels candidats entrent au Bundestag – c’est du moins un résultat provisoire.

Les fausses nouvelles n’ont aucune chance

Les citoyens sont déjà sensibilisés aux fausses nouvelles sur le Web et aux sites d’information éventuellement piratés. Nous appelons tout un chacun à ne pas croire toute information – par exemple que les bureaux de vote seraient fermés – et à faire soi-même des recherches. Le décompte des voix est public et transparent, le remplissage des bulletins en papier avec un crayon ou un stylo est aisément compréhensible et protégé contre les manipulations.

Environ deux semaines après les élections, le comité électoral fédéral se réunit à nouveau et détermine le résultat définitif des élections sur la base des protocoles de la soirée électorale. Quand on en a terminé, c’est au monde politique de jouer. Le Bundestag se constitue et c’est alors une période mouvementée pour les responsables politiques. Je suis tout cela de loin car ma mission est achevée.

Protocole : Sarah Kanning

© www.deutschland.de