Quatre partis doivent former un gouvernement

Quatre partis veulent gouverner ensemble. Comment cela peut-il fonctionner ? Un politologue nous l’explique.

Noir, jaune, vert : la future coalition gouvernementale ?
Noir, jaune, vert : la future coalition gouvernementale ? Stockfotos-MG/stock.adobe.com

Allemagne. Actuellement, la CDU, la CSU, le FDP et les Verts recherchent des compromis sur la base desquels ils pourraient former le prochain gouvernement fédéral. Noir-jaune-vert – il n’y avait encore jamais eu au Bundestag une coalition devant surmonter des positions aussi contraires. Le professeur Thorsten Faas, politologue à l’Université libre de Berlin, explique pourquoi les gouvernements de coalition sont une tradition en Allemagne.

Les gouvernements de coalition sont la règle en Allemagne. Est-ce dû au système électoral

Les majorités absolues sont l’exception en Allemagne en raison du système électoral à la proportionnelle. Et comme nous n‘avons pas une culture de gouvernement minoritaire, il ne reste que la possibilité de former des gouvernements de coalition.

Les compromis sont une caractéristique de la démocratie.

Le politologue Thorsten Faas

La CDU, la CSU, le FDP et les Verts négocient actuellement sur la formation du prochain gouvernement. C’est une question qu’il n’y avait encore jamais eu au niveau fédéral. Qui doit bouger le plus dans ces négociations ?

Un gouvernement classique en Allemagne serait une alliance de la CDU/CSU et du FDP, comme nous en avons déjà eu pendant des années et des décennies. Dans ce sens, ce sont les Verts qui aideraient cette coalition éprouvée à avoir une nouvelle majorité. Ils devraient changer de camp, en quelque sorte. Mais il ne faut pas oublier que la dernière coalition entre la CDU/CSU et le FDP, de 2009 à 2013, a été très difficile, notamment pour le FDP – cela rend l’alliance entre ces partenaires beaucoup plus difficile aujourd’hui.

Le politologue Thorsten Faas
Le politologue Thorsten Faas dpa

Un gouvernement fondé sur de nombreux compromis peut-il réussir ? Quels sont les avantages et les inconvénients des coalitions gouvernementales ?

Dans les démocraties, des millions de gens font de la politique mais, à la fin, on prend des décisions individuelles. Cela ne peut se faire que par le compromis, une caractéristique de la démocratie. Les coalitions le soulignent bien. Nous ne devrions donc pas seulement les regarder d’un œil critique mais aussi apprécier leurs réalisations.

Les sondages montrent qu’une majorité dans la population favorise un gouvernement « jamaïcain », noir-jaune-vert. Or les partis ont parfois des positions contraires. Comment cela peut-il être ?

L’approbation d’un gouvernement « jamaïcain » est très volatile. Avant les élections, les chiffres étaient très négatifs, puis ils ont largement augmenté par manque d’alternatives. Nous devons apprendre à gérer de nouvelles constellations. Nous abordons un terrain nouveau. Nous devons aussi apprendre que les partis et leurs adhérents doivent être prêts à faire de grands compromis, sinon cela ne fonctionne pas.

La République fédérale d’Allemagne avait un système à trois partis jusque dans les années 1980. Sept partis sont représentés au nouveau Bundestag, une telle constellation remonte aux années 1950. Qu’est-ce que cela révèle sur notre société ?

Les grands groupes perdent de leur force de cohésion, le système des partis se différencie, la représentation de la société a toujours plus de facettes. Toujours plus de nouveaux partis ont leurs chances : les Verts, La Gauche, et maintenant l’AfD.

Interview Janet Schayan

© www.deutschland.de