Un grand déménagement

250 soldats de la Bundeswehr, six avions de combat et un avion de ravitaillement quittent la Turquie pour la Jordanie. Le colonel Frank Gräfe coordonne le tout.

Un Tornado de la Bundeswehr sur la base turque d’Incirlik
Six Tornados seront transférés en Jordanie dpa

L’Allemagne fait partie depuis le mois de décembre 2015 de l’Alliance internationale contre « l’Etat islamique » (Counter Daesh). Les soldats et soldates de la Bundeswehr allemande étaient jusque-là stationnés sur la base turque d‘Incirlik et soutenait l’Alliance avec des vols de reconnaissance et un avion de ravitaillement. Au début du mois de juin 2017, le gouvernement fédéral décida le retrait d’Incirlik car le gouvernement turc avait refusé que des députés au Bundestag rendent visite aux soldats. 250 soldats de la Bundeswehr, six avions de combat de type « Tornado » et un avion de ravitaillement seront donc stationnés sur la base aérienne d’Al-Azraq en Jordanie. Commandant le détachement précurseur, Frank Gräfe a passé un mois et demi sur la base jordanienne pour préparer le déménagement. Il est ravi de la coopération avec les partenaires jordaniens.

La Bundeswehr sur la base turque d’Incirlik : le colonel Frank Gräfe avec la ministre de la Défense Ursula von der Leyen
Le colonel Gräfe avec la ministre de la Défense Mme Ursula von der Leyen Bundeswehr

M. Gräfe, 250 soldats, soit tout un contingent, et plusieurs avions sont en train de quitter la Turquie pour la Jordanie. A quoi ressemble un transfert de cette importance ?

C’est vraiment particulier parce que, à ma connaissance, nous n’avons encore jamais déménagé pendant qu’une mission était en cours. Après la décision prise par le monde politique, nous avons transféré très rapidement, la durée des préparatifs a été brève. Le plus important était de réduire le plus possible notre absence opérationnelle. Je suis allé pour la première fois en Jordanie le 8 juin 2017, l’avion de ravitaillement a accompli ses vols en moins de cinq semaines depuis la Jordanie et maintenant, deux mois plus tard, près de 100 soldats sont en Jordanie. Tous les soldats et l’ensemble des instruments auront été retirés de la Turquie fin septembre.

La Jordanie est l’un des pays les plus sûrs de la région.

Le colonel Frank Gräfe

Quand les Tornados accompliront-ils leur premier vol depuis Al-Azraq ?

Actuellement, nous sommes en train de transférer le poste d’analyse des images de la Turquie vers la Jordanie. C’est une partie essentielle de la mission, je la décris comme la « pièce maîtresse » du contingent en mission. Les soldats y analysent les photos prises par les Tornados. Démonter et remonter ce poste d’analyse est très complexe. Ce n’est que lorsqu’il pourra fonctionner que nous aurons besoin des Tornados sur place. Des alliés assument nos tâches entretemps. Les Tornados voleront à partir de la Jordanie à partir du mois d’octobre 2017 au plus tard.

Vous avez passé 46 jours sur la base jordanienne. Qu’est-ce qui y attend les soldats ?

Je suis vraiment ravi de l’hospitalité des Jordaniens, de leur accueil chaleureux et de leur belle coopération. Nous sommes arrivés sur place sans grande préparation mais les Jordaniens nous ont si bien aidés que l’avion de ravitaillement est déjà reparti en mission. La Jordanie est un pays accueillant et fascinant. A côté de leur service, les soldats y ont nombre de possibilités de découvrir une histoire et une culture passionnantes.

La base ne se trouve qu’à une cinquantaine de kilomètres au sud de la frontière jordano-syrienne. Qu’en est-il de la sécurité ?

La Jordanie est l’un des pays les plus sûrs de la région. Bien sûr, les missions ne sont jamais sans danger. Mais nous faisons tout pour garantir la protection et la sécurité de nos soldats. Je m’y suis senti en sécurité.

La nouvelle base : faits et chiffres
 

  • Le site : la base Muwaffak Salti Airbase à Al-Azraq en Jordanie. Selon l’armée jordanienne, Laurence d’Arabie, le légendaire Britannique Thomas Edward Lawrence, avait utilisé le site en 1918. La région est réputée être idéale en raison de sa belle météo et d’une bonne visibilité. Al-Azraq est devenu un aéroport militaire à la fin des années 1970.
  • La mission : appuyer la coalition contre l’EI avec une reconnaissance militaire. Les Tornados de la Bundeswehr survolent et photographient les villes, les routes et les ponts en Syrie, puis des soldats analysent les photos
  • La pièce maîtresse de la mission : le poste d’analyse des images, appelé Ground Exploitation Station (GES). Les photos prises par les Tornados y sont contrôlées, triées et analysées.
  • 250 soldats
  • 6 Tornados
  • 1 avion de ravitaillement

Interview: Marie Busse

© www.deutschland.de