Un nouvel homme pour Berlin

Michael Müller succède à Klaus Wowereit à la tête de Berlin.

dpa/Jörg Carstensen - Michael Müller

Nombre de journalistes appellent Michael Müller « l’anti-Wowereit » bien qu’il soit un intime politique du maire actuel. Mais, comparé à Klaus Wowereit dont les formules enlevées faisaient partie de l’image moderne et décontractée de la capitale allemande, son successeur à la mairie de Berlin a la réputation d’être plus terre-à-terre. Hors de Berlin, l’homme ayant le patronyme le plus courant de l’espace germanophone est à ce jour peu connu. Il l’est plus dans la capitale. Müller fut longtemps président du Parti social-démocrate allemand (SPD) du Land de Berlin et président du groupe parlementaire SPD à la Diète régionale. Le nouveau maire a été élu par les membres du SPD de Berlin avec près de 60 % des 11.000 voix exprimées par les membres du SPD berlinois.

Des prédécesseurs célèbres

« J’avoue que mon facteur glamour peut encore progresser », disait ce secrétaire commercial de 50 ans dans une interview, mettant surtout l’accent sur sa solide expérience de l’administration. Père de deux enfants, il sera confronté à nombre de problèmes de la métropole. Malgré le boom du tourisme et son essor économique, Berlin a un taux de chômage élevé et est une ville endettée. Les attentes envers le nouveau maire, qui est aussi le ministre-président du Land de Berlin, n’en sont que plus élevées. Car la liste de ces célèbres prédécesseurs est longue : Ernst Reuter par exemple, le personnage symbolisant le blocus de Berlin, ainsi que l’ancien chancelier Willy Brandt et l’ex-président fédéral Richard von Weizsäcker. Michael Müller marche sur de grandes traces.

Changement à la tête de Berlin le 11 décembre 2014

www.michael-mueller-spd.de/

www.berlin.de

© www.deutschland.de