Grande exposition maya à Berlin

L’une des civilisations les plus anciennes au monde est au centre de l’exposition « Die Maya –Sprache der Schönheit » (Les Maya – langue de la beauté) au musée Martin-Gropius-Bau à Berlin. Une interview de Gereon Sievernich, directeur du musée.

picture-alliance/akg-images

La civilisation maya est née il y a quelque 2 500 ans. Est-elle encore vivante aujourd’hui ?

Très vivante. Entre autres parce plus de huit millions de personnes parlent l’une des quelque 30 langues maya. Dans certaines universités, on peut même étudier dans une langue maya.

L’exposition au Martin-Gropius-Bau se concentre sur la civilisation maya ancienne et surtout sur le thème du corps – de quelle manière ?                                                                                          

La question est de savoir ce qui a été créé à cette époque, comme sculptures, comme beauté exprimée par la forme. Lorsque les Espagnols sont arrivés sur la péninsule du Yucatán, berceau de la civilisation maya, au XVIe siècle ils ont trouvé des villes immenses. Aujourd’hui, dans la partie mexicaine de la région des Maya, on peut visiter 16 ou 17 grands temples antiques et il y a environ 2000 sites archéologiques. L’Institut mexicain d’anthropologie et d’histoire INAH a composé une exposition en puisant dans la profusion des pièces découvertes, en partie récemment. Parmi les objets exposés, il y a des représentations du corps humain mais aussi d’animaux. Ces derniers jouent un rôle important en tant que divinités ou éléments mystiques.   

Est-ce l’aspect mystique, énigmatique qui rend la civilisation maya fascinante ?

C’est possible. On n’a, par exemple, pas encore déchiffré complètement les glyphes, qui continuent à faire l’objet de recherche. Un grand nombre d’histoires entourent également le calendrier maya et son étroite relation avec le culte du soleil et l’architecture. Il fallait calculer très exactement l’apparition du soleil à certains jours dans une ouverture en forme de porte au sommet du temple. Il est fascinant de voir à quel point les Maya pouvaient être précis en cela.

L’exposition inaugure l’année du Mexique en Allemagne, parallèlement il y a une année de l’Allemagne au Mexique. Qu’est-ce qui réunit les deux pays en matière de culture et d’art ?

Plusieurs choses. En partie parce que de nombreux artistes allemands ont fui au Mexique pour échapper aux nazis : l’auteure Anna Seghers, le sculpteur et architecte Mathias Goeritz  ou le critique d’art Paul Westheim qui a aussi écrit un livre fantastique sur le Mexique antique. Alexander von Humboldt avait déjà initié des relations entre l’Allemagne et le Mexique qui déploient leurs effet aujourd’hui encore. Humboldt a d’ailleurs évoqué la civilisation maya dans ses récits de voyage – mais il n’est pas allé jusqu’à la péninsule du Yucatán.

L’exposition « Die Maya – Sprache der Schönheit » (Les Maya – langue de la beauté) du 12 avril au 7 août 2016 au Martin-Gropius-Bau, Berlin

www.berlinerfestspiele.de

© www.deutschland.de