Maître des machines

Bernhard Schölkopf enseigne aux robots à apprendre. L’expert en intelligence artificielle impressionne le monde de l’économie et de la science.

Il y a longtemps que les robots qui apprennent ne sont plus une vision d’avenir.
Il y a longtemps que les robots qui apprennent ne sont plus une vision d’avenir. phonlamaiphoto/stock.adobe.com

Allemagne. Lorsque l’on jette un regard dans le bureau de Bernhard Schölkopf à l’Institut Max Planck pour les systèmes intelligents, on ne pense guère à l’intelligence artificielle. Les grandes fenêtres ouvrent la vue jusqu’au Jura souabe ; la pittoresque ville universitaire de Tübingen se niche dans la vallée. Peut-être qu’un tel panorama est une aide lorsque l’on est plongé dans de nouvelles pensées.

Comment fonctionne l’apprentissage automatique ?

« J’enseigne aux machines à apprendre en ce que je fais de la recherche sur la quête de structures sur des données d’observation » explique Schölkopf. Ce professeur est un pionnier dans le domaine de ce que l’on appelle les « méthodes à noyau » : « avec  l’astuce du noyau, on peut généraliser des algorithmes linéaires compréhensibles sur des scénarios complexes, non-linéaires ». Par sa recherche fondamentale, le scientifique établit une base pour des systèmes intelligents fiables pour l’utilisation sur des robots ou la conduite autonome.    

Qu’est-ce qui caractérise Bernhard Schölkopf ?

En mars 2018, Schölkopf a obtenu le prix Leibniz, le plus important prix allemand de soutien pour la recherche. Au niveau mondial, il est également très estimé et a été récompensé, entre autres, par le prix Milner Award de la Royal Society britannique. La recherche que fait Schölkopf est davantage que de la pure théorie. Même l’entreprise américaine Amazon mise sur son savoir-faire et travaille en étroite collaboration avec lui et l’Institut Max Planck afin, à l’aide de l’intelligence artificielle, d’optimiser pour la clientèle l’accessibilité aux résultats de la recherche. 

Qu’est-ce que la Cyber Valley ?

La Cyber Valley est l’une des plus grandes coopérations de recherche d’Europe sur l’intelligence artificielle - et le lieu de travail de Schölkopf. Soutenue par le Land de Bade-Wurtemberg, la Cyber Valley concentre les activités de recherche d’acteurs leaders du monde entier des domaines de l’économie et de la science. Amazon et l’Institut Max Planck en font partie, tout comme BMW, Porsche et Bosch. « Nous pouvons renforcer la formation de jeunes hautement qualifiés dans le domaine de l’intelligence artificielle » souligne Schölkopf. C’est une condition importante « pour que la science et l’économie continuent de trouver les créatifs avec lesquels nous pouvons consolider notre position de pionnier en matière de systèmes intelligents ». 

Cyber Valley

© www.deutschland.de