Le jazz en Allemagne

Le milieu allemand du jazz vit des influences internationales.

Cseez - German Jazz

Rabih Lahoud oscille entre la musique arabe traditionnelle et le jazz contemporain. Né au Liban où il a grandi, il a fait ses études de musique à Düsseldorf, Kassel et Rostock. Lors d’un cours d’improvisation avec le trompettiste et compositeur Markus Stockhausen, il découvrit le potentiel de la voix et entama une carrière de chanteur. Rabih Lahoud, qui vit aujourd’hui à Monheim au bord du Rhin, donne toute sa poésie au groupe de jazz Masaa (le soir en arabe). Il fait partie de ces artistes qui enrichissent le jazz allemand.

Outre des influences internationales, le jazz en Allemagne vit aussi de ses centres régionaux : Francfort-sur-le Main a été marquée par l’avant-garde, Hambourg par le mainstream moderne ; Hanovre est la patrie de l’acid jazz et Wuppertal incarne le free jazz. Berlin est devenu attrayant pour nombre d’artistes internationaux. Le milieu du jazz allemand est très vivant. Le salon professionnel de la musique jazzahead ! à Brême, qui est devenu ces dix dernières années l’une des grandes rencontres de cette musique dans le monde, illustre son dynamisme. En 2015, la France sera le partenaire du salon qui a invité des musiciens venant de 50 pays.

La musique fait partie de la culture d’accueil

En Allemagne, l’Initiative Musik, à but non lucratif, soutient depuis 2008 à la demande du gouvernement fédéral les jeunes artistes de la musique pop, de rock et de jazz. Cette initiative conçoit la musique comme faisant partie de la culture d’accueil et soutient surtout les artistes internationaux qui ont trouvé une nouvelle patrie en Allemagne avec leurs traditions musicales. Des artistes comme Rabih Lahoud ou Lily Dahab. Le tango et le folklore, la poésie d’un auteur de chanson et le rock argentin sont des influences sensibles dans la musique de cette Berlinoise d’adoption originaire de Buenos Aires. Un autre exemple remarquable est celui de l’Andromeda Mega Express Orchestra, composé de 18 musiciens. Des musiciens venus du monde entier y jouent du jazz. Daniel Glatzel par exemple : sa mère, originaire de Corée, est chanteuse lyrique et le mit très jeune au piano. Quand ce compositeur et multi-instrumentiste de 31 ans parle aujourd’hui de son orchestre, cela ressemble à un commentaire sur l’ensemble du jazz allemand : « Nous pouvons pénétrer dans des régions inconnues lorsque nous abordons la musique avec suffisamment de délicatesse. »

Salon professionnel de la musique jazzahead ! du 23 au 26 avril 2015 à Brême

www.jazzahead.de

www.initiative-musik.de

© www.deutschland.de